Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La britannique Monarch Airlines reste clouée au sol





Le 2 Octobre 2017, par

Le secteur des compagnies aériennes européennes est en pleine restructuration, et le nombre de victimes s'allonge. Après Air Berlin et Alitalia dont le sort reste encore suspendu aux régulateurs allemand et italien (ainsi qu'aux éventuels repreneurs), c'est une compagnie britannique qui fait faillite.


Monarch Airlines cesse immédiatement ses activités, a annoncé l'autorité britannique de l'aviation civile (CAA). Ce ont près de 110 000 clients qui sont laissés sur le carreau à l'étranger, tandis que cette faillite provoque l'annulation de 300 000 réservations. Le gouvernement anglais a commencé à procéder aux opérations de rapatriement des passagers ; une trentaine d'avions vont être affrétés à cette fin. Selon le CAA, c'est rien moins que la plus grande compagnie britannique à faire faillite.

Monarch Airlines était une compagnie aérienne court et moyen-courrier, qui desservait des lignes entre Londres et Birmingham, ainsi qu'en Espagne, aux Baléares ou encore dans les Alpes françaises, suivant en cela les lieux de villégiature préférés des voyageurs britanniques. La flotte de l'entreprise comptait une trentaine d'avions. Cette faillite illustre les difficultés des compagnies aérienne de taille moyenne pour survivre dans un marché européen hautement concurrentiel, notamment par le fait des transporteurs low cost qui, eux aussi, sont en difficulté (c'est le cas d'Easyjet actuellement).

La consolidation est en tout cas en cours. Les grosses compagnies aériennes absorbent les plus petites, ou du moins essaient d'acheter les actifs les plus intéressants comme c'est actuellement le cas pour Alitalia et Air Berlin. Ces deux entreprises cherchent à se vendre aux plus offrants, sans trop de résultats pour le moment. Avec la disparition de Monarch Airlines, les enchères vont encore baisser puisque les repreneurs auront plus de choix.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert









Rss
Twitter
Facebook