Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La compagnie aérienne Mexicana de Aviacion renaît grâce à l'armée mexicaine





Le 28 Décembre 2023, par La rédaction

La compagnie aérienne historique Mexicana de Aviacion, reprise par l'État mexicain, a lancé son vol inaugural depuis l'aéroport Felipe Angeles vers Tulum : c'est le retour dans le ciel mexicain du transporteur avec des tarifs compétitifs… et une gestion inédite par l'armée.


Renaissance pour Mexicana de Aviacion

Mexicana de Aviacion, une compagnie aérienne fondée en 1921 et ayant déclaré faillite en 2010, a effectué son grand retour sous l'égide du gouvernement mexicain. Après avoir été rachetée pour 815 millions de pesos (environ 48 millions de dollars), cette entreprise historique a été relancée, avec l'armée aux commandes de sa gestion. 

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a salué cette reprise, affirmant que Mexicana est une « compagnie aérienne emblématique, historique ». Le vol inaugural, malgré un déroutement vers Merida en raison de conditions météorologiques défavorables, a symbolisé la nouvelle trajectoire de l'entreprise.

Dans le cadre de son vol inaugural, Mexicana a proposé des tarifs promotionnels attractifs, débutant à 389 pesos (23 dollars), pour son trajet entre l'aéroport Felipe Angeles (AIFA) et Tulum. Cette initiative s'inscrit dans une stratégie visant à proposer des alternatives économiques aux voyageurs, en concurrence avec trois autres opérateurs aériens majeurs du pays, dont AeroMexico, Volaris et Viva Aerobus. 

Une gestion inattendue pour éviter la corruption

Ce positionnement tarifaire pourrait stimuler le tourisme et offrir de nouvelles options aux passagers souhaitant explorer le Mexique, l'un des 15 plus grands pays du monde et le sixième pays le plus visité. La relance de Mexicana s'intègre dans un projet plus vaste du gouvernement Obrador, qui comprend la gestion de grands chantiers par l'armée. L'aéroport AIFA, d'où a décollé le vol inaugural, ainsi que celui de Tulum, ont été inaugurés en 2022. Ces infrastructures s'inscrivent dans le cadre d'un plan ambitieux visant à désengorger le vieil aéroport international de la capitale et à améliorer la connectivité à travers le pays. 

La gestion militaire de ces projets, y compris le train Maya et le train reliant le Pacifique à l'Atlantique, est vue par le président comme un moyen efficace de lutter contre la corruption. Toutefois, cette approche fait l'objet de critiques, certains adversaires politiques dénonçant une tendance à la « militarisation » du pays.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook