Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La contraction du PIB encore plus importante que prévu





Le 2 Juin 2020, par La rédaction

Un « énorme trou d'air » : c'est ainsi que Bruno Le Maire qualifie la dégringolade du produit intérieur brut français pour l'année 2020. Le mot n'est pas trop fort au vu de la nouvelle estimation du ministre de l'Économie.


-11% en 2020 !

La récession pour 2020 sera plus ample et plus sévère qu'attendu. Bruno Le Maire a revu à la hausse l'estimation du gouvernement pour ce qui concerne la contraction du PIB cette année : la chute devrait être de 11%, du jamais vu. La semaine dernière, l'Insee avait prévenu que l'hypothèse d'une croissance de -8% de l'exécutif pourrait empirer : c'est donc confirmé par le locataire de Bercy. « Le choc de la crise a été extrêmement brutal », a-t-il expliqué au micro de RTL, en rappelant n'avoir jamais caché que « le plus dur était devant nous ». Cette prévision sera intégrée dans le nouveau projet de budget rectificatif qui sera présenté le 10 juin prochain, en Conseil des ministres.

L'Insee a calculé un recul de l'activité de 5,3% au premier trimestre, mais de 20% au second trimestre, bien plus impacté par la paralysie de l'activité économique (durant tout avril qui se prolonge en partie sur l'ensemble du mois de mai). Le redémarrage ne peut être que progressif, puisque la situation sanitaire l'exige : pas question de revenir à la normalité d'avant l'épidémie. C'est aussi la raison pour laquelle les restaurants et les bars ont dû attendre le 2 juin, et qu'ils doivent suivre des règles strictes.

Bruno Le Maire voit des signaux positifs

Le ministre de l'Économie estime d'ailleurs que le signal est « très positif », puisque ce sont pas moins de 300.000 établissements qui ont pu rouvrir. Cela signifie que de nombreux salariés ont pu retrouver leur travail, ainsi que leurs clients. Néanmoins, « il en faudra beaucoup plus pour nous redresser », estime Bruno Le Maire. « Nous prenons toutes les mesures dans tous les secteurs », a-t-il assure encore, tout en prévenant qu'il ne sera pas possible d'échapper aux faillites et aux licenciements dans les prochains mois.

Plusieurs enseignes ont annoncé des redressements judiciaires (dont Camaïeu, Conforama pourrait aussi tomber), et de nombreux secteurs comme l'automobile et l'aéronautique sont en grande difficulté. La lumière est cependant au bout du tunnel : « j'ai la conviction absolue que nous allons rebondir en 2021 », promet le patron de Bercy. Pour y parvenir, il exhorte : « C'est ça l'enjeu pour la France dans les mois qui viennent : travailler tous et essayer de contenir un chômage qui va augmenter ». 



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook