Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La crise du Covid-19 prend des allures de pendémie dans le secteur vinicole





Le 4 Mars 2020, par Sébastien BUREL, expert en vin

Les vignerons connaissaient déjà bien le phylloxera, le mildiou, l’oïdium et eudémis et cochylis, ces ravageurs spécifiques de la vigne. Ils découvrent avec effroi aujourd’hui que leur activité n’est pas immunisée contre le Covid-19 ! Une véritable hécatombe décime foires et salons spécialisés.


ProWein Pix
ProWein Pix
En l’espace de quelques heures, les plus grands salons professionnels internationaux, ces rendez-vous commerciaux hyper-stratégiques ont succombé à la menace du Coronavirus.
À commencer par le plus important et le plus emblématique, Prowein de Düsseldorf. Reportés également : Vinexpo Hong Kong, RAW WINE London 2020, London Wine Fair, Vinitaly (Bologne) et Vinomed (Montpellier). Les Grands Jours de Bourgogne sont annulés pour 2020.
 
Cette crise, qui bien évidemment frappe toute l’économie de la planète, intervient toutefois au pire moment pour la filière vin française. Comme le rappelle Thomas Giubbi, directeur général de Vignobles & Compagnie et co-président du cru Tavel, une appellation du Rhône méridional qui ne produit que des vins rosés : « la fenêtre de tir pour vendre nos vins est assez étroite. Les vins sont mis en bouteille en février et doivent se retrouver chez les détaillants avant l’été. » C’est donc entre février et mai que se joue l’essentiel de la vie commerciale d’une cuvée.

Un maximum d’acteur de la filière, cavistes, sommeliers, agents, distributeurs, importateurs, acheteurs de la grande distribution, etc. doivent déguster les vins et surtout passer commande. Une gageure jusque-là grandement facilitée par ces fameux grands salons qui réunissent des milliers d’acheteurs potentiels. Comme le rappelle Guillaume Demoulin, gérant du Château Trinquevedel et co-président du cru Tavel : « Il va falloir recontacter un à un chacun de nos clients. C’est plus facile pour un petit domaine comme le nôtre, qui vend essentiellement dans le secteur traditionnel (cavistes, hôtels, restaurants). » Les grosses structures vont devoir envoyer des centaines d’échantillons et mobiliser leurs commerciaux 24h/24.
 
Pour l’instant, Bordeaux garde ses châteaux ouverts et maintient l’organisation de la semaine des Primeurs, qui voit chaque année le gotha du vin mondial déambuler de grand cru en grand cru. Il y a cependant fort à craindre que le gotha international demeure confiné chez lui, loin des aéroports et de la France, principal foyer de l’infection en Europe.

Sont également maintenus jusqu’à nouvel ordre, les prochains Salons des vignerons indépendants : le rendez-vous de Lyon ce Week-end est confirmé, tout comme le salon de Toulouse qui se tiendra le 9 mars et le salon de Bordeaux (13 au 15 mars). Enfin, le salon de Champerret (du 20 au 23 mars) est également maintenu.
 
Le Covid-19 est particulièrement dangereux quand il atteint des organismes fragiles. C’est le cas de la viticulture française dont les défenses immunitaires ont déjà été affaiblies par la crise des gilets jaunes, les troubles à Hong Kong et les pénalités douanières imposées par les USA. S’il est encore trop tôt pour faire le bilan global des pertes causées par l’épidémie, nul ne doute que les conséquences économiques seront douloureuses et durables pour la filière vin.
 

La crise du Covid-19 prend des allures de pendémie dans le secteur vinicole



Vitis



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook