Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La crise sanitaire creuse le déficit commercial au deuxième trimestre





Le 10 Août 2020, par Olivier Sancerre

Le deuxième trimestre, marqué par le confinement et les restrictions de déplacement, a coûté cher à la balance commerciale de la France qui a bien plus importé qu'exporté.


Les importations de masques pèsent lourd

La crise sanitaire du coronavirus a creusé le déficit commercial de la France vis à vis du reste du monde, selon le relevé trimestriel des Douanes. Au deuxième trimestre, ce déficit a atteint 20,4 milliards d'euros, soit 6,9 milliards de plus qu'au trimestre précédent. Durant le seul mois de juin, le déficit a enregistré une hausse de 8 milliards d'euros, un record. « Le redressement des importations étant un peu supérieur à celui des exportations, le déficit continue de s'accroître pour atteindre un nouveau record mensuel », selon les Douanes. Il faut remonter au premier trimestre 2011 pour atteindre un déficit qui dépasse celui du second trimestre 2020 (20,5 milliards).

Si les importations ont baissé de 20,7% (-6,4% au premier trimestre), les exportations ont, elles, chuté de 28,9% (-7,3% au premier trimestre). En raison du confinement, les Français ont beaucoup moins consommé, y compris de biens importés. Mais les entreprises françaises ont également fortement réduit leurs exportations. C'est dans le secteur des transports que les exportations ont le plus reculé (-59,9%). Les exportations de produits aéronautiques et spatiaux ont chuté de 64,2%. Les produits automobiles, d'équipements et de bateaux ont participé de ce recul très prononcé.

Reprise des exportations en mai et juin

Si la consommation a baissé, il est un produit étranger que la France a particulièrement importé : les masques chirurgicaux. Le pays en a importé pour 3,7 milliards d'euros, provenant de Chine. On comprend mieux pourquoi le gouvernement a tant insisté pour relancer la production de masques en France. Un des rares points positifs concerne le déficit énergétique, qui s'est contracté de 3,9 milliards d'euros. C'est le résultat de la baisse des besoins en approvisionnements pétroliers, expliquent les Douanes.

Les exportations ont commencé à augmenter de nouveau dès le mois de mai (+4 milliards) et la hausse s'est poursuivie en juin (+4,7 milliards). Néanmoins, c'est toujours 25% de moins que durant les mêmes mois de 2019. Au premier semestre, le déficit commercial s'est creusé de 34 milliards d'euros, soit 5 milliards de plus que durant les six premiers mois de 2019.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook