Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La croissance française encore plus faible que prévu





Le 30 Novembre 2023, par Aurélien Delacroix

Les récentes prévisions de l'OCDE indiquent un ralentissement de la croissance économique française pour 2024, ce qui contraste avec les prévisions plus optimistes du gouvernement français. Cette annonce intervient dans un contexte de surveillance accrue de la situation économique française par les agences de notation.


Coup de mou pour l'activité mondiale

L'OCDE a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la France en 2024, l'estimant désormais à 0,8%, contre une prévision précédente de 1,2% annoncée en septembre. Cette révision survient dans un contexte de pressions économiques internationales limitant les exportations françaises et d'une augmentation des taux d'intérêt qui devrait impacter négativement l'investissement privé et la consommation. Ce ralentissement annoncé contraste fortement avec les anticipations du gouvernement français, qui tablait sur une croissance de 1,4% dans son projet de budget pour 2024.

La mise à jour de la notation de la France par l'agence S&P Global, prévue pour ce vendredi, est particulièrement attendue dans ce contexte de révision à la baisse. Actuellement notée « AA » avec une perspective négative, la France pourrait voir sa situation financière réévaluée, d'autant plus que l'agence Fitch avait maintenu sa note à « AA- » fin octobre, et que Moody's n'a pas encore actualisé sa notation. Par ailleurs, l'OCDE a également révisé légèrement à la baisse la croissance du PIB mondial pour 2023 à 2,9%, tout en maintenant sa prévision pour 2024 à 2,7%. Ces chiffres se positionnent dans un contexte global de ralentissement économique, où l'Allemagne et les États-Unis présentent également des perspectives de croissance modérées.

La croissance française à la peine

Outre les prévisions pour 2024, l'OCDE s'attend à une croissance de 0,9% pour la France en 2023, légèrement en dessous de sa prévision antérieure de 1%. Cependant, un rebond est anticipé pour 2025 avec une progression attendue du PIB de 1,4%, en lien avec un apaisement de l'inflation et une reprise de la demande internationale.

L'inflation reste une préoccupation majeure, avec des taux élevés tant dans la zone euro qu'en France. La Banque Centrale Européenne (BCE), face à cette inflation persistante, maintient en effet une position ferme sur les taux d'intérêt. Christine Lagarde, présidente de la BCE, a souligné l'incertitude entourant les perspectives économiques à moyen terme, bien que des signes d'atténuation des pressions inflationnistes soient observés.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook