Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La direction de la SNCF lâche du lest pour améliorer les conditions de travail





Le 9 Février 2024, par Aurélien Delacroix

Alors que la température grimpe au sein de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, le PDG du groupe ferroviaire, a annoncé un ensemble de mesures visant à améliorer les conditions de travail et la rémunération des cheminots. Ces annonces interviennent à l'approche d'un appel à la grève des contrôleurs.


Une série de mesures pour apaiser le climat social à la SNCF

Parmi les mesures phares, on note l'octroi d'une prime exceptionnelle de 400 euros destinée à reconnaître le travail des employés, qui s'ajoute à une précédente prime de même montant versée en décembre en anticipation de résultats satisfaisants pour l'année 2023. 

Cette démarche de valorisation du personnel se complète par une revalorisation significative de l'indemnité de résidence, qui passe de 30% à 50% pour les employés résidant dans des zones où le marché immobilier est particulièrement tendu, comme en Ile-de-France ou certaines zones frontalières. Cette augmentation, qui concernera quelque 77.000 cheminots, vise à alléger le fardeau financier lié au coût du logement pour une large part du personnel.

En outre, la SNCF s'engage à promouvoir 3.000 employés supplémentaires, permettant ainsi un gain de rémunération entre 2% et 4% pour les individus concernés. À ces initiatives s'ajoute l'annonce du recrutement de 1.000 CDI supplémentaires pour l'année à venir, afin de renforcer les effectifs et de stabiliser l'emploi au sein de l'entreprise.

Les syndicats mitigés

Face à ces annonces, les réactions syndicales ont été mitigées. Bien que reconnaissant une certaine prise de conscience de la part de la direction quant aux problématiques actuelles, les syndicats, dont la CGT-Cheminots, Sud-Rail, et la CFDT-Cheminots, jugent ces mesures insuffisantes. Ils pointent notamment du doigt la lenteur du déploiement des promesses faites en 2022, comme l'obligation d'avoir deux chefs de bord dans chaque TGV, un dispositif actuellement mis en œuvre à 87% et dont l'achèvement est prévu pour 2025.

Les annonces de Jean-Pierre Farandou visent clairement à apaiser le climat social tendu au sein de la SNCF et à éviter une grève des contrôleurs qui pourrait perturber les déplacements des Français, notamment à l'approche des vacances. Cependant, l'efficacité de ces mesures sera jugée par les cheminots eux-mêmes, qui devront décider si les propositions répondent effectivement à leurs attentes et si elles sont suffisantes pour lever le préavis de grève. Les jours à venir seront donc cruciaux pour l'avenir immédiat de la SNCF, tant en termes de climat social que de service rendu aux usagers. 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook