Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La durée du travail à temps partiel passe à 24 heures hebdomadaires





Le 2 Janvier 2014, par

Avis aux travailleurs, mais aussi aux demandeurs d'emploi, la durée du travail à temps partiel vient de changer.


Mais cela ne date pas d'hier. Le 14 juin dernier, le gouvernement a instauré une loi dite de sécurisation de l'emploi, qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2014, c'est à dire hier. Comme personne (ou presque) ne travaillait en ce jour férié, c'est à partir d'aujourd'hui que les mesures de la loi se font sentir. Et l'une d'entre elles porte le travail hebdomadaire à au moins 24 heures hebdomadaires. 

 

L'objectif de cette loi est de mieux protéger les salariés à temps partiel, en leur garantissant donc ces 24 heures par semaines, soit 104 heures par mois. La loi inaugure en outre une rémunération majorée pour toutes les heures supplémentaires effectués par les salariés soumis à ce régime.Cette rémunération est égale à 10 % du temps horaire normal, dès la première heure. 

 

L'idée est bien de mettre en place plus d'obligations légales pour les entreprises qui auraient tendance, trop parfois, à recourir à ces temps partiels, responsables de situations de grande précarité pour certaines personnes. Or, on estime en France à 27 % le nombre de salariés à temps partiel qui souhaiteraient travailler plus. 

 

Et si jamais un employeur n'aurait besoin que d'un salarié pour moins de 24 heures hebdomadaires, il pourra tout à fait contourner la loi en faisant signer des avenants au contrat de travail. Un point qui reste tout à fait possible et qui inquiète actuellement les syndicats qui craignent une systématisation de cette tendance...



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook