Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La guerre économique sino-américaine fait rage autour de l’IA





Le 9 Septembre 2020, par La rédaction

La Chine vient de changer sa loi sur les restrictions à l’export pour y inclure les technologies sensibles comme l’intelligence artificielle. C’est le début d’un nouveau round d’une guerre autour de l’IA déclarée depuis des années déjà.


Contrairement aux lois américaines, les réglementations chinoises sur l’export étaient limitées aux terres rares, ces matériaux très demandés pour les industries de pointe. Ceci était vrai avant que Trump arrive à la Maison-Blanche et annonce clairement la couleur : il faut empêcher l’Empire du Milieu de dépasser les États-Unis dans les domaines sensibles comme les télécommunications ou l’intelligence artificielle. Quand le locataire du Bureau Ovale lance un ultimatum à ByteDance pour vendre TikTok, son réseau social très prisé par les adolescents, l’accusant de collecte de données pour le compte du Parti Communiste, c’est la goutte qui a fait déborder le vase du géant chinois. Alors qu’un accord était sur le point d’être trouvé par ByteDance avec Microsoft et Oracle pour acquérir le réseau, la Chine réplique en annonçant un changement de sa loi en y ajoutant des restrictions sur l’export de technologies basées sur « l’analyse de données pour les services de recommandation personnalisée de l’information ». Cette dénomination est clairement destinée à poser un veto sur le cas TikTok. La Chine aura désormais son mot à dire dans cette affaire. D’aucuns penseraient que cette guerre économique autour de l’Intelligence artificielle est nouvelle, car déclenchée par l’imprévisible Trump, mais il n’en est rien.

Boussad Addad
Boussad Addad
Comme relaté avec force de détails dans le livre de Boussad Addad, « la Face Cachée de l’Intelligence Artificielle  » (VA Editions, 2020), c’est durant le mandat de Barak Obama que les hostilités ont commencé. La cible prioritaire de l’administration américaine a été l’autre géant chinois Huawei, accusé en 2013 de vol de propriétés intellectuelle sur un robot de test automatique de téléphones, mis au point par l’opérateur américain de télécom T-Mobile. Une autre sombre affaire éclatera un peu plus tard en 2016 avec une start-up californienne ayant mis au point un écran de téléphone quasi incassable et qui a accusé Huawei d’avoir tenté de percer ses secrets de fabrication. Dans une opération digne des films d’espionnage, montée par la startup en collaboration avec le FBI et un journaliste de Bloomberg, on a pris au piège et fait avouer des salariés chinois impliqués dans l’affaire. Aussi, à travers le livre, on comprend que Huawei est en réalité une vraie pieuvre aux tentacules touchant des technologies aussi sensibles que les câbles sous-marins (les autoroutes de l’Internet en quelque sorte), l’intelligence artificielle, et les semi-conducteurs avec sa filiale HiSilicon. Ce groupe chinois est devenu une cible prioritaire quand il était apparu clairement qu’il est parti pour dominer le réseau 5G mondial comme le stipule clairement un mémo du NSC (National Security Council), dévoilé dans le livre, et dont une section est intitulée ainsi : « FAIT : la Chine est partie pour dominer le déploiement de la 5 G ». Comme expliqué dans l’ouvrage, cette guerre économique concerne en réalité deux piliers de l’intelligence artificielle, les données et les moyens de de calcul. La 5 G et les câbles sous-marins ne sont que les supports de transport de la donnée, soit les pipelines du nouveau pétrole qu’est la data. Les récentes restrictions américaines sur les ventes de puces électroniques et autres supercalculateurs concernent la puissance de calcul qui permet d’entraîner les algorithmes d’intelligence artificielle. C’est sans surprise donc que TikTok, une plateforme qui a accès à la fois à la donnée, collectée à travers des centaines de millions d’utilisateurs de son application, et ses grands moyens de calcul, devienne la nouvelle cible de Trump. Quelle sera la prochaine cible ? Une plongée dans la « face cachée de l’intelligence artificielle  » permettrait peut-être de répondre à cette question.



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook