Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La hausse de la TVA pour faire rentrer l'argent dans les caisses ?





Le 26 Août 2014, par

Ce n'est plus un mystère pour personne, l'argent ne rentre plus dans les caisses de l'Etat, ou plutôt, plus aussi bien qu'avant, et pas aussi bien que prévu. Il manquera au bas mot 15 milliards à la fin de l'année sur le budget prévisionnel, cause principal de l'aggravation du déficit public rapporté au PIB (supérieur à 4% selon les dernières prévisions contre 3,5% prévus).


Conséquence, l'exécutif cherche un moyen simple de s'assurer de la rentrée de l'impôt en 2015, sachant que toute création d'impôt nouveau ou augmentation de l'assiette est impossible, vu le ras le bol fiscal. Résultat, c'est la TVA qui pourrait porter le fardeau, c'est en tout cas ce que croit savoir Libération, qui aurait eu accès à des échanges entre Matignon et plusieurs ministères à ce sujet. Sachant qu'un point de TVA rapporte 6,5 milliards, pour "couvrir" 15 milliards et se donner une marge de manoeuvre, la TVA au taux normal actuellement à 20 % pourrait passer à 22,5 voire 23 %. 

Le sujet d'une hausse de la TVA aurait été au menu d'une réunion le 19 août dernier entre Michel Sapin (Finances), Arnaud Montebourg (Economie), Christian Eckert (Budget), Marisol Touraine (Affaires sociales et Santé) et François Rebsamen (Travail), rien que ça. 

Hasard du calendrier, Jacques Attali, l'ancien conseiller de François Mitterrand, plaide en ce moment dans les médias pour une hausse de la TVA de... 3 %. Et ce même Jacques Attali doit être reçu aujourd'hui mardi 26 août à l'Elysée par François Hollande, pour son rapport sur la francophonie ! Mais rien ne les empêche de parler d'autre chose...

On se souviendra que Nicolas Sarkozy, à la fin de son mandat, avait augmenté la TVA à 21,2 % (avec prise d'effet au 1er octobre 2012), TVA baptisée "sociale", afin de financer une partie du transfert des charges pesant sur les entreprises sur la consommation, et accessoirement, les produits importés. Le gouvernement socialiste et l'Assemblée fraichement élue avaient supprimé cette mesure dès leur arrivée aux affaires...

 


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par Coquille le 26/08/2014 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Et ce même Jacques Attali doit être reçu aujourd'hui mercredi 26 août à l'Elysée par François Mitterrand, pour son rapport sur la francophonie ! Mais rien ne les empêche de parler d'autre chose..."

Oui du moment qu'il vient avec son Ouija, Jacques Attali pourra parler de ce qu'il veut avec François Mitterrand ! ;)

D'ailleurs nous sommes mardi, et non mercredi.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook