Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La hausse des taux de TVA n'a pas provoqué d'inflation des prix





Le 21 Février 2014, par

Le 1er janvier, les différents taux de TVA augmentaient, avec la peur de voir l'inflation faire de même. Les derniers chiffres de l'INSEE devraient apaiser les craintes.


Le tau de TVA est ainsi passé de 19,6 à 20%, les taux réduits de 7 à 10%, et de 5,5 à 5%. Un ajustement rendu nécessaire pour financer les politiques du gouvernement en faveur d'une meilleure compétitivité des entreprises. Dans plusieurs secteurs de l'économie, on s'inquiétait des conséquences de ces hausses sur les prix - qui dit augmentation de la TVA, implique des prix plus élevés. 
 
L'indice des prix à la consommation en janvier de 0,05% seulement, soit de 0,7% si on le ramène sur l'année. C'est très peu, et cela prouve que de nombreuses sociétés ont absorbé cette hausse de la TVA au détriment de leurs marges. De plus, janvier est une période particulière dans l'année, en raison des soldes d'hiver (l'INSEE corrige cependant ses statistiques en fonction des variations saisonnières). Cette quasi-stabilité n'en reste pas moins remarquable car les prix de l'énergie ou du tabac ont eux nettement progressé.
 
Ce taux signe même un record : la dernière fois que l'INSEE a publié un si faible indice des prix à la consommation date d'il y a cinquante ans ! S'il fallait une preuve que la hausse de la TVA n'a pratiquement pas eu d'impact sur l'inflation, la voilà.
 
Cependant, cette inflation très modérée soulève un risque important, celui de la stagnation des prix, voire de la déflation. Si le consommateur trouve son compte dans des prix de biens toujours plus bas, ça n'est bon ni pour les entreprises (qui rognent toujours plus sur leurs marges), ni pour l'économie dans son ensemble, car cela signifie moins de rentrées fiscales. Rien ne sert alors d'augmenter la TVA si personne n'achète aucun produit !


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook