Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La justice allemande restreint l’activité d’Uber





Le 22 Décembre 2019, par François Lapierre

L’avenir d’Uber en Allemagne est compromis par une décision de justice qui pourrait tout simplement interdire les activités du groupe californien outre-Rhin.


Nouveau coup dur pour Uber

Ce n’est pas la première fois que la justice allemande met des bâtons dans les roues d’Uber. En 2015, la plateforme de mise en relation entre clients et chauffeurs de VTC subissait un sérieux revers, en se voyant interdire la possibilité de faire appel à des conducteurs privés équipés de leurs propres véhicules. Uber a alors lancé un nouveau service de mise en relation avec des taxis. Mais le tribunal de Francfort, saisi par un syndicat de taxis, a estimé qu’Uber se comportait comme un loueur de voitures sans autorisation.

Avec ce service, le rôle d’Uber va au-delà de celui d’intermédiaire : la plateforme choisit en effet le chauffeur et détermine le prix de la course. Uber est donc un prestataire de service, un rôle que l’entreprise ne peut assumer sans une autorisation. Par ailleurs, les chauffeurs ne respecte pas l’obligation de retourner au siège après chaque course. Le jugement étant immédiatement exécutoire, Uber va devoir cesser la majorité de ses activités en Allemagne.

L’Europe, un marché difficile

Uber exerce dans une poignée de villes allemandes (dont Berlin, Munich, Francfort ou encore Düsseldorf), bien moins qu’en France où la plateforme est présente dans une vingtaine de villes. L’entreprise a annoncé qu’elle allait étudier le verdict du tribunal et qu’elle va prendre les « mesures nécessaires ». Cela pourrait être une demande de licence de loueur de voitures, ou encore revoir la manière dont elle intervient entre les clients et les chauffeurs.

Ce nouveau coup de semonce confirme les difficultés d’Uber en Europe. L’Allemagne est un marché difficile pour la plateforme, mais c’est le cas aussi en France, où l’entreprise fait face à des contestations en justice, ainsi qu’au Royaume-Uni, son premier marché européen : Londres a ainsi suspendu le permis d’exercer d’Uber. 



Tags : Uber


1.Posté par Nela le 24/12/2019 02:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les usagers doivent soutrenir Uber. Ça créé des emplois et ça permets aux pauvres d avoir un véhicule disponible
Sur les agressions dsl mais j ai souvent été mal à l' aise avec. Les taxis et sur les champs Elysées une femme a été violée y a des années par un taxi normal.il a pas été poursuivi .elle était soutenu par son mari (elle rentrait d un repas pro).le syndicat n avait jamais réagi !!

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute













Rss
Twitter
Facebook