Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La marée noire du golfe du Mexique va coûter 53,8 milliards à BP





Le 3 Juillet 2015, par

La pétrolière BP n’a pas fini de payer pour la catastrophique explosion de sa plateforme Deepwater Horizon qui, en 2010, a provoqué une marée noire d’ampleur dans le golfe du Mexique : 5 millions de barils ont coulé sur les côtes.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
L’entreprise a déjà dépensé 30 milliards de dollars dans le nettoyage des côtes du golfe du Mexique, un milieu particulièrement délicat en termes de faune et de flore. Et BP n’a pas fini de signer des chèques : après des années de négociation, la société s’est entendue avec les autorités américaines pour verser 18,7 milliards supplémentaires.

Ce faisant, le groupe solde finalement tous les contentieux qui pouvaient encore persister et échappe aux procédures en cours. Cette somme est un record pour une société, rappelle le ministère américain de la Justice. BP disposera de 18 ans pour verser la totalité de la somme, soit 1 milliard chaque année.

En tout, BP aura donc déboursé 53,8 milliards de dollars pour effacer les stigmates de cette catastrophe écologique. C’est plus que la totalité de ses profits générés depuis 2012. Le montant maximal de l’amende encourue par l’entreprise aurait été de 13,7 milliards, si l’affaire était allée jusqu’au procès. Il faut cependant qu’un juge valide cet accord.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bp

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook