Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La mauvaise année 2021 du secteur automobile européen





Le 19 Janvier 2022, par Olivier Sancerre

Le secteur automobile en Europe a été marqué au fer rouge l'an dernier par la pénurie de composants électroniques qui a affecté l'ensemble des constructeurs. Résultat : 2021 est une nouvelle année noire.


Difficultés d'approvisionnement et de logistique

Pour l'automobile, l'année 2020 était celle de la pandémie, durant laquelle des concessionnaires ont dû fermer pendant des mois, tandis que la production a été suspendue dans de nombreuses usines. Les constructeurs espéraient un rebond pour 2021, mais ils ont été douchés par les difficultés de la chaîne d'approvisionnement à répondre à la demande, notamment pour les composants électroniques, ainsi que par le goulet d'étranglement de la logistique.

Résultat : une année 2021 très décevante avec 9,7 millions de véhicules vendus en Europe, selon les chiffres de l’association des constructeurs européens (ACEA), soit 2,4% de moins qu'en 2020. C'est tout simplement le volume le plus bas enregistré depuis la création de la série statistique, en 1990. Même durant les années 1993 et 2013, pourtant qualifiées de noires par l'industrie, les ventes s'étaient mieux portées.

Petite forme pour les constructeurs français

Si la France est plus ou moins parvenue à limiter la casse avec une hausse modeste de 0,5% pour 1,66 million de voitures, en revanche le marché allemand tire toute l'Europe vers le bas avec un recul des ventes de 10,1% (2,6 millions de véhicules écoulés). En Belgique, au Danemark et aux Pays-Bas également, les baisses sont très sensibles. L'Espagne et surtout l'Italie, deux des pays européens les plus touchés par le Covid, affichent des hausses de respectivement 1% et 5,5%.

Dans ce contexte, de nombreux constructeurs sont à la peine, dont le numéro 1 européen Volkswagen avec -4,8% et 2,4 millions de véhicules. Stellantis baisse de 2,1% avec 2,1 millions d'unités. Le groupe peut compter sur ses marques Peugeot, Fiat et Citroën qui ont tenu le choc malgré tout. Le groupe Renault accuse un recul de 10,2%. Hyundai-Kia affiche une hausse de 18,4%, Toyota de 9,1%.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook