Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La médecine esthétique en plein boom en Europe





Le 5 Février 2024, par François Lapierre

L’Europe émerge comme un acteur majeur de la médecine esthétique, privilégiant des approches moins invasives et plus accessibles. Ce virage vers des techniques non chirurgicales, telles que les injections de botox, reflète un changement dans la demande des consommateurs, désormais tournés vers la prévention et l'entretien régulier.


Une croissance de la médecine esthétique soumise aux aléas de la croissance

La médecine esthétique, secteur jadis en plein essor, marque un ralentissement significatif à l'échelle mondiale. Avec une croissance annuelle de 7% depuis 2019, l'année 2023 s’est contentée d’une augmentation de 2,9% des revenus mondiaux de ce marché. Les experts de l'IMCAS, un congrès mondial regroupant dermatologues et chirurgiens esthétiques, attribuent ce tassement à une diminution du pouvoir d'achat et à un contexte géopolitique tendu. 

Malgré ces obstacles, les professionnels restent optimistes, anticipant un redressement du marché qui devrait continuer à croître jusqu'en 2027. Cette perspective s'appuie sur les prévisions de croissance économique globale, qui, selon KPMG, devraient être de 2,4% en 2024 et de 2,6% en 2025.

Les États-Unis dominent le marché de la médecine esthétique, suivis par l'Asie-Pacifique. Néanmoins, l'Europe se distingue en s'établissant en troisième position, grâce notamment à son adoption de techniques non invasives. Ces interventions, qui n'exigent pas de chirurgie, gagnent en popularité, en particulier les injectables, tels que le botox et l'acide hyaluronique. Ces derniers attirent une clientèle jeune, désireuse de prévenir les signes du vieillissement cutané.

L'Europe : un acteur de poids aux pratiques distinctes

Par ailleurs, une étude de Xerfi Percepta prédit que la demande croissante pour ces soins non invasifs pourrait reconfigurer le marché de la médecine esthétique, le faisant pencher davantage vers ces interventions au détriment de la chirurgie plastique traditionnelle.

La popularité croissante des soins esthétiques non invasifs a également engendré des conséquences moins désirables, telles que l'émergence d'un marché noir. La facilité d'accès à des produits esthétiques, auparavant en vente libre, a conduit à une augmentation des interventions réalisées par des non-professionnels, entraînant parfois des complications graves. Face à ce phénomène, 200 chirurgiens ont interpellé les autorités françaises dans une tribune, exigeant un meilleur encadrement de la vente de ces produits et la mise en place d'une formation spécialisée pour les praticiens.

Le gouvernement a répondu à ces appels par l'adoption d'une loi en juin 2023, interdisant la promotion de la médecine et de la chirurgie esthétique par des influenceurs. Cette mesure vise à protéger le public contre les risques liés à des pratiques non réglementées et à assurer une pratique sécurisée et éthique de la médecine esthétique.





1.Posté par elie sicard le 19/02/2024 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Curieux pays où on annonce un déclassement t de la consommation et u ne ruée vers le très très secondaire, l'esthétique. Région par région, qu'est-ce que ça donne ? Un événement parisien

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook