Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La messagerie Slack porte plainte contre Microsoft pour abus de position dominante





Le 22 Juillet 2020, par La rédaction

Slack, la messagerie instantanée destinée aux entreprises qui connait un succès fulgurant ces dernières années, craint que Microsoft use de pratiques anti-concurrentielles à son égard.


Plainte devant la Commission européenne

C'est devant la Commission européenne que l'entreprise américaine Slack a déposé plainte contre Microsoft. L'éditeur de Windows tenterait de restreindre la concurrence en matière de messageries instantanées professionnelles, en intégrant dans sa suite bureautique Office un logiciel de messagerie, Teams. Microsoft abuserait donc de sa situation de position dominante, Office étant particulièrement populaire dans les entreprises, ce qui réduit l'attrait de Slack. La start-up estime que le géant du logiciel « oblige des millions de clients à installer Teams », il bloquerait aussi la possibilité de supprimer l'application et « cache le coût réel pour les entreprises » clientes d'Office.

Dans le communiqué publié par Slack, la messagerie assure représenter une « menace » pour Microsoft, pour sa messagerie instantanée Teams d'une part, mais aussi pour les e-mails professionnels (Office intègre également le logiciel Outlook, lui aussi très utilisé dans le monde de l'entreprise). Slack indique aussi être « convaincu » de la qualité de ses produits, mais la société ne peut ignorer les « comportements illégaux » qui privent les utilisateurs de l'accès aux outils et aux solutions qu'ils apprécient.

La suite bureautique Office domine le marché

La solution pour Slack serait que Microsoft propose Teams à part, que le logiciel ne soit pas fourni par défaut avec Office. C'est du moins ce que l'éditeur demande à la Commission européenne, qui va désormais examiner la plainte et décider si une enquête doit être ouverte. Si c'était le cas, le dossier rappellerait les déboires de Microsoft à la fin des années 90, qui était accusée d'abus de position dominante avec son navigateur web Explorer.

Bruxelles est en pointe en matière d'enquêtes sur les pratiques des grands groupes du numérique et d'internet. La Commission a ainsi infligé une amende de 4,34 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante avec le système d'exploitation pour smartphones Android. Plus récemment, elle a enregistré un revers important avec cette décision de la Cour de justice de l'Union européenne qui a annulé le redressement fiscal à 13 milliards d'euros qu'Apple aurait dû verser à l'Irlande.



Tags : Microsoft

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook