Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La moitié des moins de 30 ans cohabitent avec leurs parents





Le 31 Janvier 2018, par Anton Kunin

Un jeune adulte de 18 à 29 ans sur deux (46 %) habite chez ses parents au moins un mois dans l’année, d’après une nouvelle étude de l’INSEE sur la question. Les chômeurs sont 58,5 % à être dans cette situation, et les étudiants 69,2 %.


Cohabiter avec les parents, un marqueur des CSP-

Après une diminution amorcée au milieu des années 1990, le taux de cohabitation avec les parents a de nouveau augmenté depuis le début des années 2000, apprend-t-on d’une étude de l’INSEE consacrée au « phénomène Tanguy ». Pour ses auteurs, cette progression est liée à l’« effet de structure », à savoir l’augmentation de la part des étudiants et des chômeurs dans la population.

Sans surprise, la cohabitation avec les parents devient plus rare avec l’âge. Si deux jeunes adultes sur trois cohabitent entre 18 et 24 ans, un sur cinq est dans ce cas entre 25 et 29 ans. L’explication de cette tendance est simple : la stabilité de l’emploi est un facteur clé pour obtenir un logement. La tendance opposée s’observe également : parmi les actifs de 25-29 ans, ceux qui cohabitent sont moins bien insérés dans l’emploi. Moins souvent cadres ou professions intermédiaires et plus souvent ouvriers, ils occupent également plus souvent des emplois à durée limitée et sont plus souvent au chômage.
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook