Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La plateforme d'e-commerce Wish dans la ligne de mire de Bercy





Le 2 Décembre 2020, par François Lapierre

La plateforme de commerce en ligne Wish est dans le collimateur de la DGCCRF. L'entreprise américaine risque une amende de 10% de son chiffre d'affaires annuel, soit 230 millions de dollars !


Le paradis de la copie à bas prix

Wish est la dernière plateforme à la mode pour acheter des produits bon marché. Les prix sont parfois si bas qu'ils ont poussé la direction de la de la répression des fraudes à enquêter, et à trouver des pratiques commerciales trompeuses « induisant une concurrence déloyale ». Si les promotions paraissent « particulièrement attractives », elles sont « dénuées de toute réalité économique car calculées sur la base de prix de référence trompeurs » : les étiquettes « -90% » ne sont donc pas à prendre au sérieux. Et les produits vendus sur la boutique sont souvent des contrefaçons.

La DGCCRF, qui a transmis les conclusions de son enquête au parquet de Paris, donne quelques exemples édifiants. On trouve ainsi sur Wish des vêtements griffés « Championq » (pour Champions) ou encore « Qila » (pour Fila). Les consommateurs peuvent aussi tomber sur les montres Rolex à… 25 euros. Des produits qui présentent des logos distinctifs de grandes marques notoires, « de nature à induire en erreur le consommateur ».

Amende salée

Si la justice suit les conclusions de Bercy, Wish devra verser une amende salée : 10% de son chiffre d'affaires annuel, soit 230 millions de dollars ! L'affaire tombe au plus mal pour l'entreprise, qui a l'intention de se lancer en Bourse avec l'objectif d'une valorisation à hauteur de 25 à 30 milliards de dollars de dollars. La France n'est pas le seul pays où des doutes sont émis à propos de la plateforme. D'autres pays enquêtent sur sa probité, ce qui pourrait tuer la croissance de l'entreprise.

Wish est une place de marché qui compte de nombreux vendeurs, notamment des distributeurs chinois pour qui le respect de la propriété intellectuelle n'est pas une priorité. La plateforme exerce une modération quasiment nulle, ce qui explique la prolifération de copies et de contrefaçons dans ses rayons, et aussi les prix très bas. De nombreux consommateurs se sont plaints des produits commandés qui ne correspondaient pas à leurs descriptifs.



Tags : e-commerce

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook