Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La production de café en baisse, le consommateur va-t-il payer son café plus cher ?





Le 26 Juillet 2021, par François Lapierre

Alerte sur le prix du café ! En raison d'une production plus faible que prévu et du rebond de la consommation post-crise sanitaire, le café pourrait en effet coûter plus cher… Mais pas nécessairement dans l'immédiat.


Conditions météos et troubles politiques

Depuis le mois de janvier, le prix d'une livre d'arabica, principalement utilisé dans les lieux hors consommation à domicile, a augmenté de 60%. Vendredi 23 juillet, ce prix s'est établi à 2$, du jamais vu depuis le mois d'octobre 2014. Quant au robusta, qui sert pour les cafés solubles, la hausse des prix est de 40% depuis le mois de janvier. Cette progression importante du prix du café s'explique tout d'abord par des causes naturelles et météorologiques.

Ainsi, une vague de gel a frappé la région du Brésil qui produit le gros de l'arabica du pays. Les rendements des futures récoltes pourraient en souffrir. L'arabica subit également le cycle biennal qui, tous les deux ans, provoque un rendement plus modeste des récoltes. Il y a également les problèmes politiques qui ont touché la Colombie, troisième producteur mondial, sans oublier les coûts liés au transport qui ont fortement augmenté.

Hausse de la consommation

À cela s'ajoute le rebond de l'activité lié à la levée des restrictions sanitaires. Les lieux de consommation hors domicile, comme les cafés, rouvrent et avec eux l'appétit des clients. Selon l'Organisation internationale du café (OIC), l'offre totale devrait être inférieure à la consommation mondiale au cours de la saison 2021-2022. Or, lorsque la demande dépasse l'offre, on peut s'attendre à une hausse des prix pour le consommateur final.

Cette augmentation pourrait toutefois être plus modeste que prévu. Sur le court terme, c'est-à-dire les trois à neuf prochains mois, les torréfacteurs se couvrent contre les hausses de prix. Par ailleurs, le prix de la matière première n'est qu'une composante du prix total du café, qui comprend aussi le transport, l'emballage, le marketing, etc. L'Insee rapporte que le prix du café vendu en grande distribution restait proche de son niveau de référence de 2015. 



Tags : café

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook