Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La réalité virtuelle, nouvelle frontière de la formation





Le 25 Novembre 2018, par Anne Poirier

Les casques de réalité virtuelle s'échappent du monde des loisirs pour entrer dans l'univers de l'entreprise, comme outils de formation.


Une aide digitale au recrutement

Les technologies de réalité virtuelle vont à moyen terme impacter et transformer l’intégralité de la chaîne de valeur du recrutement. Qu'il s'agisse de recrutement, d'onboarding, de gestion des carrières, de développement des compétences, de formation… tous les process sont concernés. Grâce au casque de réalité virtuelle, le candidat commence à pouvoir se faire une idée concrète du métier pour lequel il postule. Il s’immerge ainsi dans l’entreprise, dans son futur quotidien professionnel. Cette vision dynamique vient compléter la fiche de poste, plus théorique. Plus vivant, plus parlant, ce moyen de faire découvrir le poste au candidat contribue à éviter une erreur de recrutement : le candidat sait véritablement à quoi va ressembler son activité professionnelle.

Les tests virtuels permettent aussi aux recruteurs d’analyser les capacités du candidat à mettre en pratique leurs compétences. Ainsi, le candidat peut être plongé dans une situation compliquée à laquelle il pourrait être confronté dans la réalité. Un candidat à un chantier dans le BTP pourrait affronter le vertige pendant son entretien ; le recruteur analysera alors les réactions du candidat en direct. Il assistera à la prise de décision de son candidat face à une situation stressante et pourra observer sa capacité d’analyse, en plus de sa résistance au stress. Ce qui est plus parlant qu’un simple test de personnalité sur papier. Impossible de simuler une réaction instinctive face à une situation donnée.

Apprendre les bons gestes

Dans les secteurs les plus pointus, la pratique n'est pas nouvelle. Ainsi, Manpower utilise déjà la réalité virtuelle comme outil de prévention des risques sur les chantiers, en simulant des accidents graves. De même Boeing et la NASA entraînent leurs pilotes et astronautes grâce à la réalité virtuelle. Mais son utilisation ne cesse de progresser aujourd'hui dans la formation de tous les métiers techniques, car elle permet de répéter autant que nécessaire les gestes des métiers complexes. Dans cette hypothèse, le casque de réalité virtuelle est alors associé à des manettes qui permet de porter, déplacer ou d'activé des éléments en 3D.
 
Un autre atout considérable en matière de formation de la réalité virtuelle est l'acquisition de nouveaux savoir-faire. Apprendre à gérer des situations sensibles en adoptant le bon comportement face à un client intransigeant, par exemple. Ce mode d'apprentissage serait, selon les neurosciences, très efficace grâce à l'immersion, à l'expérimentation et au côté fort ludique de cette forme d'apprentissage.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook