Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La relation difficile des Français à l’argent





Le 24 Juin 2015, par

La perception de la richesse a fortement évolué depuis que la crise économique a produit ses effets. Un sondage Odoxa pour Les Echos, Radio Classique et FTI Consulting montre que les Français entretiennent toujours un rapport ambigu avec cette idée.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Cela se lit tout particulièrement dans les seuils à partir desquels on estime être riche. Les Français jugent qu’un salaire médian de 5 000 euros par mois et un patrimoine de 500 000 euros sont suffisants pour dire de quelqu’un qu’il est fortuné. Pourtant, ces niveaux sont sensiblement moins élevés qu’en 2011, où une enquête similaire avait révélé que le salaire médian était de 6 000 euros et le patrimoine, d’un million d’euros.

Le regard des Français sur la richesse a donc profondément évolué avec la crise économique, qui a fait reculer le marché de l’immobilier (principal levier de création de richesse), stagné le pouvoir d’achat et augmenté le chômage. De plus, ce seuil des 5 000 euros s’explique par le fait qu’ils sont bien peu à l’atteindre : 5% des Français seulement touchent un salaire de 4 300 euros et plus. Basiquement, explique l’enquête, on considère comme riche celui qui gagne de deux à trois fois plus que soi.

Pour 54% des sondés, la situation est moins bonne que celle de ses parents  du même âge ; un pourcentage qui n’était que de 17% en 2002, signe évident du sentiment de déclassement et du pessimisme qui étreint les Français dans cette période difficile. Ils entretiennent toutefois une relation schizophrénique à l’argent : si 8 sondés sur dix jugent qu’être riche est « mal perçu », ils sont tout de même 3 sur 4 à estimer que c’est une bonne chose de vouloir le devenir…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : richesse

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook