Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La santé financière de BlaBlaCar serait fragile





Le 31 Mars 2018, par Anton Kunin

Selon les informations du journal Libération, le site de covoiturage BlaBlaCar, fondé en 2006, ferait face à d’importants problèmes financiers.


BlaBlaCar a « bouffé » plus de la moitié des sommes levées auprès des investisseurs

Concurrence des « autocars Macron » et des trains Ouigo, BlaBlaCar, jadis une pépite de ce qu’on appelle « la French Tech », ne parvient toujours pas à gagner de l’argent. Selon les informations de Libération, la start-up continuerait à perdre de l’argent, sans que les commissions qu’elle prélève sur les réservations de trajets puissent compenser le manque. Même la croissance rapide du nombre de trajets effectués n’aide pas ! Des 300 millions de dollars (environ 240 millions d’euros) que BlaBlaCar a levés en 2014-2015, il lui resterait aujourd’hui un peu moins de la moitié, selon son directeur général, que Libération a interviewé.

Blablacar revendique aujourd’hui 60 millions d’utilisateurs dans le monde, dont 18 millions ont été réellement actifs au dernier trimestre 2017. L’expansion internationale a certes donné des fruits : selon Nicolas Brusson et Frédéric Mazzella, que Libération a interviewés, des pays comme le Brésil et la Russie « connaissent des progressions d’usage phénoménales », tandis que certains marchés européens, comme l’Allemagne et la Pologne, « se développent ».

Certains marchés ne rapporteraient rien à BlaBlaCar

Toujours est-il que l’activité de BlaBlaCar dans ces pays ne lui rapporte rien. Au Brésil et en Russie, où le paiement s’effectue non pas via la plateforme mais en liquide directement entre le passager et le conducteur, la start-up ne gagne pas un centime sur les trajets effectués. Une offre y est toujours active, mais les équipes locales ont été supprimées. Même tendance au siège parisien : de nombreux collaborateurs chargés de l’internationalisation ont quitté la start-up.

Autre mauvais signe : Frédéric Mazzella, co-fondateur et incarnation de la start-up, a transmis la direction opérationnelle à un autre co-fondateur, Nicolas Brusson, devenant président du conseil d’administration.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook