Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La vente de paracétamol est désormais limitée en France





Le 18 Mars 2020, par Paolo Garoscio

Alors que la France est en confinement total depuis mardi 17 mars 2020 à midi, le gouvernement continue de distiller les mesures pour permettre de sortir de la crise le plus tôt et le mieux possible. L’ANSM, l’Agence nationale de sécurité du médicament, a donc donné l’ordre aux pharmacies de France de ne pas trop vendre de paracétamol.


Le paracétamol : un médicament fondamental dans la crise du Covid-19

S'il est l’un des médicaments les plus utilisés en France, largement devant tous les autres antalgiques, le paracétamol est devenu depuis la crise du Covid-19 un médicament essentiel. C’est le seul antalgique et antipyrétique qui soit conseillé en cas de contamination par le coronavirus Covid-19 qui provoque, entre autres, fièvre et courbatures.

Les antalgiques à base d’ibuprofène ou d’aspirine, selon les chercheurs, pourraient augmenter l’infection et la développer. Une information qui a bien été comprise par les Français : ces derniers auraient commencé à faire du stock de paracétamol, disponible en vente libre en pharmacie, dès que les premiers cas de Covid-19 ont été identifiés en France. Et surtout dès lors que le confinement semblait devenir réalité pour le pays.

Une à deux boîtes par patient

Du fait de son importance dans la lutte contre le coronavirus Covid-19, l’ANSM a donc demandé aux officines de limiter les ventes de paracétamol. Depuis le 18 mars 2020, tout patient qui en demanderait ne peut en recevoir qu’une boîte s’il n’a pas de symptômes. Il en recevra deux boîtes s’il présente des symptômes comme de la fièvre ou des courbatures.

La restriction ne s’applique pas aux patients avec une ordonnance, mais les pharmacies devraient là aussi réduire les ventes, obligeant les patients à se rendre à nouveau en officine. L’objectif est qu’aucune pharmacie ne se retrouve sans stock.

Par ailleurs, les ventes de paracétamol, ibuprofène et aspirine sont désormais interdites sur Internet.


 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"




Les entretiens du JDE

Madelin ou domino ?

L’esprit guerrier des soignants nous sauvera,

Pourrons-nous compter sur les banques ?

#Polanski : l’humiliation de Polanski dessert les femmes !

L’immédiateté et la viralité de l’information ont provoqué des changements radicaux dans nos comportements

Pourquoi l’éco sera pire que le franc CFA.

Alexis Duval, Tereos : « l’avenir de l’industrie sucrière européenne passe par une stratégie internationale »

Nous avons souhaité créer un magazine africain réellement indépendant












Rss
Twitter
Facebook