Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Cinéma français pèse 12 milliards d'euros dans l'économie du pays





Le 23 Octobre 2013, par

En pleines discussions sur la loi des finances 2014 actuellement votée par le parlement, le Centre National du Cinéma a publié une étude destinée à montrer l'impact de la filière cinématographique sur l'économie française. Une manière de faire pression sur les élus car le budget du CNC devrait être légèrement réduit l'an prochain.


cc/flickr/phill.d
cc/flickr/phill.d

Publiée le mardi 22 octobre 2013, l'étude du Centre National du Cinéma met en avant la valeur ajoutée du cinémas français et son impact sur l'économie et l'emploi en France. Le Centre estime à 12 milliards d'euros la valeur ajoutée du cinéma, valeur ajoutée partagée à parts égales entre le cinéma à proprement parler et l'audiovisuel de manière plus générale. Ce sont donc 6 milliards d'euros qui contribuent à l’économie français qui sont issus du cinémas français.
 

De plus, comme le met en avant le CNC, le secteur emploie 230 000 personnes sur le territoire. L'impact n'est donc pas seulement économique mais aussi en termes de travail.
 

Mais ce qu'a sans doute voulu mettre en avant le CNC par la publication de cette étude en cette période stratégique du vote parlementaire, c'est l'importance de sa contribution au secteur. Et surtout le fait que l'investissement réalisé rapporte gros.
 

Le Centre National du Cinéma finance des projets à hauteur de 700 millions d'euros par an et estime que chaque euro investi est multiplié par 21 en termes de valeur ajoutée. Sur un an, cela représente 14,7 milliards d'euros. Un poids économique qui, d'après les chiffres de l'étude, serait près de deux fois supérieur au poids du secteur au Royaume-Uni.
 

Le système du financement du cinéma français semble donc être un système qui fonctionne malgré les critiques qui lui ont été adressées, notamment par Bruxelles. Or, dans la loi des finances 2014 le budget du CNC devrait être réduit de près de 2%, autant d'argent que l'institution ne pourra pas investir dans le secteur et qui ne rapportera pas de retour sur investissement.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook