Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Coronavirus fait chuter le pétrole, l’Opep s’inquiète





Le 3 Février 2020, par Paolo Garoscio

C’est une bonne nouvelle pour les automobilistes du monde entier : l’épidémie de Coronavirus a fait fortement chuter les prix du baril de pétrole en Bourse ce qui devrait se traduire par une baisse de prix à la pompe dans les mois à venir. Mais les pays producteurs, eux, commencent sérieusement à s’inquiéter.


Forte chute du prix du pétrole

Si de nombreuses entreprises sont touchées, directement ou indirectement, par la crise sanitaire en Chine liée à l’épidémie de Coronavirus et aux mesures drastiques prises pour endiguer sa propagation, les pays producteurs de pétrole ne sont pas en reste. Le prix du baril de pétrole est retombé, fin janvier 2020, sous la barre symbolique des 60 dollars, avec une chute de 9% sur la seule dernière semaine de janvier.

Le pic épidémique, pour le Coronavirus, n’ayant pas encore été atteint, il est attendu pour fin avril voire mai selon les spécialistes, le cours du pétrole pourrait continuer de chuter. L’inquiétude, sur les marchés, est compréhensible : la Chine est le premier importateur mondial de pétrole et si son économie est à l’arrêt, sa consommation et donc ses importations de brut pourraient considérablement chuter.

L’Opep prévoit une réunion de crise

Alors qu’une réunion de l’Opep et de ses partenaires, en particulier la Russie, était prévue pour la première semaine du mois de mars 2020, l’AFP dévoile dimanche 2 février 2020 que les pays producteurs ont prévu une réunion de crise à Vienne les 4 et 5 février 2020. Objectif de la manœuvre : trouver des solutions pour réduire le plus possible la chute du cours du pétrole sur les marchés.

L’Opep dispose de plusieurs leviers pour ce faire dont le principal est la réduction de la production quotidienne de pétrole afin de réduire la quantité de brut disponible et donc artificiellement faire grimper les prix en Bourse. Mais pour qu’une telle méthode soit efficace, il faut que l’ensemble des pays membres du cartel de l’or noir soient d’accord sur les quantités à produire.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook