Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le DRH, espèce en voie de disparition ?





Le 11 Décembre 2018, par Paul Malo

Le marché du travail est en pleine transformation. Comment repenser les pratiques de recrutement, et peut-on se passer d’un DRH ? Au contraire !


De métodes qui évoluent

"Le DRH  n’est pas mort, vive le DRH !", estime Isabelle Bastide, Présidente de PageGroup France, et auteur de Le Recrutement Réinventé (éd. du Cherche Midi). En effet, le DRH demeure un poste stratégique. D’ailleurs, selon l’enquête Millennial Survey  2018 du cabinet Deloitte, près d’un millennial sur deux (43 %) songe à quitter son entreprise actuelle dans les deux prochaines années.

Les méthodes de recrutement ont profondément évolué ces dernières années et avec ells, le rôle et la place du DRH dans l’entreprise. Le temps où cette fonction était assimilée à un rôle purement administratif est désormais révolu et, tandis que son champ d’intervention s’est complexifié, elle occupe désormais une fonction stratégique.
 

Des salariés de plus en plus volatils

Avec des salariés de plus en plus volatils, il faut maintenant parvenir à fidéliser les talents. Me rôle des DRH consiste en effet désormais à s’assurer que l’entreprise les fait progresser en interne et alimente leur besoin de nouveauté en favorisant par exemple les passerelles vers de nouveaux postes. Il faut également faire avec un nouveau phénomène déjà bien connu aux États-Unis : celui des "salariés boomerang". Après avoir quitté́ depuis un certain temps une entreprise, ces salariés y reviennent pour retrouver une culture et un mode de fonctionnement qu’ils connaissent déjà.

Parfois, ces salariés renouent des liens avec leur ancien employeur en tant que free-lance. Certaines entreprises vont même jusqu’à créer des groupes d’anciens salariés. Sur LinkedIn, on voit ainsi fleurir des groupes dédiés, à l’instar de L’Oréal Alumni Association (600 membres) ou de Procter & Gamble Alumni France (800 membres). Aux DRH d’apprendre à ces «  revenants » à animer un nouveau collectif, plus large et plus mouvant, avec des frontières poreuses.

 

Recruter et donner du sens

Le rôle des DRH est aussi, désormais, d’être à même d’expliquer le “pourquoi” des choix stratégiques de l’entreprise, de montrer l’impact de chacun pour stimuler leur motivation. Les offres d’emploi doivent donc être beaucoup plus personnalisées. Les services RH doivent repérer les soft-skills, la personnalité et les motivations des candidats, en sus de leurs formations.

C’est pourquoi, quand ils recrutent, il est essentiel que les DRH recherchent davantage de diversité dans les profils. Mais cela suppose aussi d’avoir à la tête des entreprises des dirigeants qui montrent l’exemple. Car c’est avant tout la capacité des entreprises à changer, à se transformer, à incarner au quotidien les valeurs qu’elles mettent en avant qui permettra d’attirer et de retenir ces nouveaux candidats.

 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Opinion



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"










Rss
Twitter
Facebook