Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Medef veut remettre à plat l’assurance chômage





Le 3 Septembre 2018, par Paul Malo

Le nouveau président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, imagine la création "d'une allocation universelle forfaitaire financée par la CSG".


L’assurance chômage n’est plus une assurance

« L’assurance chômage n’est plus une assurance. L’Unedic finance Pôle Emploi, l’Etat garantit la dette et il n’y a plus de cotisations salariales. Il faut tout remettre à plat.» Voilà ce que pense le nouveau président du Medef ,Geoffroy Roux de Bézieux, alors que s'ouvrent des négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux pour une réforme de l'assurance chômage. Selon lui, modifier les règles d’indemnisation du régime inciterait plus efficacement à la reprise d’emploi. Le président du Medef est par ailleurs opposé à la taxation des contrats courts via un système de « bonus-malus ». Selon lui, « la conséquence de la taxation, ce sera qu'il n'y aura tout simplement pas d'embauche. C'est une vision punitive de l'économie. »

Une allocation de base, unique et forfaitaire

Alors, comment faire ? Geoffroy Roux de Bézieux plaide pour une allocation de base, unique et forfaitaire, associée à une complémentaire financée par les employeurs. Financée par la CSG, gérée par l'État, elle intégrerait l'ASS (Allocation de solidarité spécifique), attribuée aux personnes ayant épuisé leurs droits au chômage. Par ailleurs, la complémentaire obligatoire serait gérée par les partenaires sociaux, comme c'est déjà le cas pour les retraites complémentaires. Financesé par les cotisations des entreprises, non garanties par l'État, elles obéiraient selon lui à une règle d'or : « l’équilibre des comptes ».

Le recrutement, problème n°1 des employeurs

Pour le président du Medef,  les problèmes de recrutement sont devenus aujourd’hui la préoccupation numéro un des chefs d'entreprise. A cela trois raisons :  d'abord une question de compétences, ensuite des zones sinistrées en France et enfin une question d'efficacité du marché du travail. En effet, comment peut-on avoir en même temps en France des emplois non pourvus et un chômage structurel supérieur à 8% ?
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook