Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Mexique échappe aux tarifs douaniers de Donald Trump





Le 9 Juin 2019, par François Lapierre

Donald Trump ne mettra pas ses menaces de taxes douanières pour le Mexique à exécution. Le pays a fait plusieurs propositions pour y échapper.


Le président américain avait en effet l’intention de taxer les importations mexicaines à hauteur de 5% à compter de ce lundi, puis d’augmenter ces tarifs par pallier de 5% jusqu’à atteindre 25%. De quoi gripper sérieusement l’économie mexicaine, dont les États-Unis sont le principal partenaire commercial avec 350 milliards de dollars d’exportations chaque année. Donald Trump exigeait du Mexique qu’il mette tout en œuvre pour contrôler le flux des migrants vers les États-Unis. Un sujet qui exaspère au plus haut point l’hôte de la Maison Blanche qui a fait de la construction d’un « mur » sur la frontière américano-mexicaine une de ses principales promesses électorales.

 

Cette menace de taxes douanières a été mal vécue non seulement par le Mexique, mais aussi au sein de l’administration Trump ainsi qu’auprès certaines membres du parti républicain. Elle est en effet intervenue alors que l’adoption du nouvel accord de libre échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique est en cours. De telles taxes étaient de nature à faire couler par le fond cet accord pourtant défendu par Donald Trump. Fort heureusement, le Mexique a fait plusieurs concessions.

 

Le pays va ainsi accueillir les milliers de migrants de l’Amérique centrale et du sud qui transitent par le Mexique, afin que les autorités américaines leur délivrent un statut. Par ailleurs, la garde nationale mexicaine va se déployer à la frontière sud du pays pour retenir les migrants venus du Guatemala d’entrer sur le territoire du Mexique. Des mesures qui ont satisfait Donald Trump : ce dernier a indiqué que les tarifs douaniers sont suspendus indéfiniment.




Tags : Donald trump

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook