Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Mois de l’Entrepreneuriat dans les Quartiers : donner l’envie d’entreprendre





Le 5 Novembre 2019, par La Rédaction

Et si l’entrepreneuriat était un rêve accessible à tous ? L’association 100 000 entrepreneurs entend faire tomber les tabous et les barrières économiques et sociales à l’occasion du Mois de l’Entrepreneuriat dans les Quartiers.


En collaboration avec IMPACT Partners et Bpifrance, l’association 100 000 entrepreneurs lance le Mois de l’Entrepreneuriat dans les Quartiers avec pour objectif de faire découvrir l’entrepreneuriat à des jeunes issus de quartiers défavorisés. L’association fait ce pari depuis 2007, ayant déjà transmis la passion d’entreprendre à plus de 500 000 jeunes. L’événement s’appuie aussi sur le succès des trois éditions précédentes et revêt une envergure certaine avec 1 000 entrepreneurs bénévoles et plus de 20 000 jeunes de 13 à 25 ans qui ont ainsi la possibilité de découvrir les ressorts de l’entrepreneuriat. L’édition 2019 se déroule dans seize régions. Le baptême du feu a lieu en Guyane ce 6 novembre et le dernier rendez-vous se tiendra à Saint-Herblain (Pays de la Loire), le 14 janvier 2020.
 
Concrètement, les sessions regroupant des collégiens, lycéens et des décrocheurs scolaires se tiennent autour d’intervenants partageant leur expérience dans le domaine de l’entrepreneuriat. L’idée est de déconstruire les idées reçues ou tout simplement se forger une opinion. Plus qu’un cours magistral, le Mois de l’Entrepreneuriat mise sur les échanges directs avec notamment des speed-meeting qui permettent à des jeunes éloignés du monde de l’entreprise de se constituer un petit carnet d’adresses.  
 
L’initiative ne peut être que positive et les intervenants sont particulièrement enthousiastes à l’idée de transmettre leur expérience. Ingrid Chaine, dirigeante de Shop’lles explique que sa démarche auprès de jeunes l’a tout de suite « séduite », car elle a pu balayer les obstacles que sont « l’autocensure » des jeunes ou encore « le fantasme de la Silicon Valley ». Elle ajoute que « devenir entrepreneur est à la portée des jeunes issus de lycées en QPV (quartiers prioritaires de la ville), mais au prix de beaucoup de travail ».
 
Le travail, le goût de l’effort sont des aspects qui reviennent souvent dans les propos des entrepreneurs. Associés à un état d’esprit à toute épreuve, ils sont la clé pour vivre une vie entrepreneuriale riche qui éloigne de sentiers tracés à l’avance. L’entrepreneuriat ouvre des portes dont les jeunes issus de quartiers prioritaires ne soupçonnent souvent pas l’existence. Le Mois de l’Entrepreneuriat et plus généralement la tournée de l’Entrepreneuriat Pour Tous portée par Bpifrance et dans laquelle cette initiative s’inscrit, montrent que ces portes existent et qu’elles peuvent être franchies par beaucoup.  
 
Rendez-vous sur le site dédié au Mois de l’Entrepreneuriat : http://lemoisdelentrepreneuriatdanslesquartiers.fr/
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook