Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le PIB s'est contracté de 6 points pendant le confinement





Le 12 Mai 2020, par François Lapierre

Les deux mois de confinement qu'a subi la France a eu un impact majeur sur l'économie du pays. Et la Banque de France n'est guère optimiste pour le reste de l'année.


Lourdes pertes de croissance

La Banque de France a évalué la perte de croissance pendant les deux mois du confinement à 6 points de PIB. Et la perte annuelle pourrait être encore plus élevée : la reprise de l'activité n'est en effet que partielle depuis le début de la semaine, a expliqué François Villeroy de Galhau, le gouverneur de l'institution, au micro de France Inter. La Banque de France prévoit un redémarrage lent et progressif. Il faut donc s'attendre à une contraction encore plus forte du produit intérieur brut pour l'économie française en 2020. L'activité a reculé de 32% en mars, et de 27% en avril. Le gouverneur relève la reprise légère opérée fin avril, un signe que les choses vont revenir à la normale… même si cela prendra du temps.

Plusieurs secteurs de l'économie ont été impactés, mais c'est en particulier le cas dans l'industrie hors agroalimentaire, la construction, les services marchands hors loyers : la perte d'activité pour ces secteurs s'est établie à 50% durant la deuxième moitié du mois de mars, et de 40% pour avril. D'autres en revanche ont su garder la tête hors de l'eau, comme les activités financières, le conseil, les services informatique et juridique.

Les prêts garantis par l'État ont bien fonctionné

La Banque de France a donné quelques chiffres concernant l'aide de l'État aux entreprises, notamment les prêts garantis : 486.000 en ont bénéficié, 9 sur 10 étant des très petites entreprises. Le taux de refus est « très faible », souligne François Villeroy de Galhau, « il se situe entre 2 et 3% ». À l'avenir, le soutien des pouvoirs publics envers les entreprises devra se faire plus sélectif, en ciblant celles qui sont viables. Il craint que bon nombre d'entreprises se retrouvent d'ici quelques mois avec une lourde dette qui pourrait devenir insoutenable.

Pour le mois de mai, l'institution espère un gain de 10 points de l'activité économique. Ce ne sera pas suffisant pour effacer les pertes enregistrées en mars et en avril, cependant. La balle est surtout dans le camp des consommateurs, qui ont épargné 60 milliards d'euros pendant le confinement, soit l'équivalent de 5% de la consommation sur l'ensemble de l'année.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène













Rss
Twitter
Facebook