Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Royaume-Uni conditionne le paiement de la facture du Brexit à un accord commercial





Le 22 Juillet 2018, par

L’Union européenne est loin d’en avoir terminé avec les négociations autour du Brexit. Le nouveau ministre britannique en charge du divorce avec Bruxelles, Dominic Raab, a annoncé que le Royaume-Uni ne paiera pas la facture du Brexit sans accord commercial.


Le remplaçant de David Davies, parti avec pertes et fracas du gouvernement de Theresa May, demande une « certaine conditionnalité » entre les deux parties. Selon lui, l’article 50 du traité de Lisbonne, qui a été enclenché par la Première ministre pour sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne, contient de « nouveaux détails », parmi lesquels l’obligation d’un accord-cadre avec Bruxelles. Pour Dominic Raab, les deux parties sont liées.

« Vous ne pouvez pas avoir d'un côté une partie remplissant toutes les conditions et de l'autre une partie qui ne les remplit pas, ou qui va doucement, ou qui ne s'engage pas », a-t-il encore expliqué dans une interview pour le Sunday Telegraph. Paradoxalement, c’est surtout le gouvernement britannique qui ne remplit pas ses obligations en ne cessant d’envoyer des messages contradictoires à Bruxelles. Londres s’est engagé en décembre dernier à vers de 39 à 44 milliards d’euros dans le cadre de l’accord sur les modalités de sortie du pays de l’UE.

Le ministre du Brexit entend donc conditionner le versement de cette somme à la signature d’un accord commercial avec l’Union européenne. Philip Hammond, le ministre des Finances, a toutefois considéré que Londres devait honorer ses engagements financiers, y compris en l’absence d’un accord commercial. C’est le 30 mars que le divorce sera consommé. Les discussions se poursuivent pour ce fameux accord, des négociations qui doivent s’achever en octobre.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook