Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le billet de 50 euros est le plus contrefait





Le 30 Janvier 2019, par

Contrairement aux idées reçues, le billet en euros le plus contrefait n’est pas la coupure de 500 euros. D’après la Banque centrale européenne, c’est le billet de 50 euros qui a la préférence des contrefacteurs…


La Banque centrale européenne a retiré de la circulation un totale de 262 000 fausses coupures entre juillet et décembre 2018. Un volume finalement pas si important quand on le compare aux quelque 22 milliards de billets en euros présents dans le circuit ! Le retrait de ces faux billets est de 13% moins élevé par rapport au premier semestre de l’an dernier. Tout citoyen en possession d’une fausse coupure, ou en cas de doute sur l’authenticité d’un billet, doit le rapporter à une banque ou directement à la Banque de France. En cas de faux manifeste, l’autorité conservera la coupure.

La BCE a fait les comptes : sur les faux billets retirés au second semestre, plus de 60% étaient des coupures de 50 euros. Les billets de 200 et de 500 euros ne représentaient que 2,5% des faux billets en circulation. Néanmoins, au vu de leur valeur faciale, ils devaient peser lourd tout de même. L’autorité de Francfort continue de lutter contre ces contrefaçons avec de nouveaux billets de la série Europe dotés de mesures supplémentaires de sécurité. Les petites coupures (de 5 à 50 euros) sont d’ores et déjà en circulation, celles de 100 et de 200 euros le seront à compter de la fin du mois de mai.

Quant au billet de 500 euros, il a tiré sa révérence. 17 des 19 banques centrales de la zone euro en ont cessé la production et l’émission. Il ne reste plus que l’Allemagne et l’Autriche qui continuent d’en fabriquer, mais ce sera terminé aussi pour ces pays fin mai. La BCE a pu constater que c’était la coupure la plus utilisée pour les trafics et les activités illicites.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook