Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le champagne français perd ses bulles…





Le 10 Août 2019, par Paul Malo

Quel avenir pour l'export du champagne français ? Malgré un chiffre d'affaires record pour 2018, les volumes vendus baissent.


Le verre de champagne est-il à moitié vide ou à moitié plein ? Côté positif, le chiffre d'affaires de la Champagne a encore progressé pour atteindre les 4,9 milliards d'euros en 2018, en augmentation de 0,3 % par rapport à l'année précédente. Mais là où les bulle s’évaporent, c’est quand on constate une baisse des volumes vendus, notamment sur le premier marché historique du champagne, à savoir la France.

Question de prix trop élevé ? De progression des ventes de crémants de Loire comme d’Alsace, et surtout de l’assaut du prosecco italien, porté par la vague des Spritz ? Alors que le prix des champagnes ne cesse de progresser, la France manque de produits d’entrée de gamme pour affronter la concurrence à bulles. Selon un communiqué des Vignerons et Maisons de Champagne, « le dynamisme de la plupart des pays tiers, soumis aux incertitudes sur le commerce mondial, ne compensera sans doute pas entièrement la baisse des volumes sur le marché français ». Et si la Chine ou les Etats-Unis ne se laissent pas tenter, les bulles de champagne risquent bien d’être en berne.


 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."












Rss
Twitter
Facebook