Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le chômage partiel touche la moitié des salariés du privé





Le 18 Avril 2020, par François Lapierre

Le chômage partiel concerne désormais quasiment la moitié des salariés du secteur privé, selon les derniers chiffres du ministère du Travail. En parallèle, on observe une augmentation du nombre d'inscriptions à Pôle Emploi.


9 millions de bénéficiaires du chômage partiel

Muriel Pénicaud a annoncé jeudi 16 avril que le nombre de salariés bénéficiant du chômage partiel avait atteint 9 millions de personnes. C'est pratiquement un salarié sur deux, a indiqué la ministre du Travail. Sachant que fin 2019, l'Insee avait calculé 19,66 millions de salariés en France, il ne manque plus que 800.000 personnes pour atteindre le seuil de 50%. Le dispositif de chômage partiel, mis en place par le gouvernement dès le début des mesures de confinement, permet aux entreprises de conserver leurs effectifs en attendant la reprise de l'activité. Le confinement prendra fin le 11 mai, a annoncé Emmanuel Macron, et le redémarrage de l'économie sera progressif.

Le chômage partiel permet aux salariés de continuer à toucher leur rémunération, prise en charge par l'État pour la plus grande part. Cette mesure coûte extrêmement cher aux finances publiques : le chiffre d'un milliard d'euros par jour a été évoqué, et sans doute la somme est-elle encore supérieure avec l'accroissement des bénéficiaires. Il est probable que le nombre de salariés inscrits au chômage partiel augmente encore d'ici la fin du confinement.

Augmentation des inscriptions à Pôle Emploi

Si la mesure a été pensée pour soutenir les entreprises et éviter une explosion des chiffres du chômage, pour ce dernier point il faudra surveiller le nombre d'inscriptions à Pôle Emploi. Durant la première semaine du confinement, c'est à dire entre les 15 et 21 avril, 117.673 personnes supplémentaires se sont ajoutées au nombre de chômeurs. On peut craindre que ce nombre va aller en augmentant pendant toute la durée du confinement.

Muriel Pénicaud prépare ainsi les esprits à un chômage qui n'atteindra pas l'objectif des 7% d'ici la fin du quinquennat annoncé par l'exécutif. « Nous étions sur une excellente tendance puisqu'il y a deux mois on annonçait que le chômage était à 8,1%, le plus faible taux depuis 11 ans ; on est loin de cette situation », a déclaré la ministre du Travail. Le tableau de l'économie française risque d'être difficile à soutenir cette année.



Tags : chômage

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook