Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le coût du stress en Europe est de 240 milliards d'euros





Le 8 Avril 2014, par

L'Union européenne va investir 4 milliards d'euros dans une campagne d'information sur le stress. Une somme qui ne sera pas dépensée en vain : le stress fait des ravages en Europe.


Une étude à grande échelle montre que le stress coûte chaque année 240 milliards d'euros en Europe ! Moins de la moitié, soit 104 milliards, est dépensée dans les soins pour les personnes qui en souffrent. Mais le reste revient à financer les conséquences du stress : congés maladies, absentéisme, inattention, perte de productivité et d'efficacité… quand ce ne sont pas tout simplement les erreurs liés au manque de concentration. Tout cela représente la somme énorme de 136 milliards d'euros. Rapportée à la population du continent (507 millions), le stress coûte 437 euros par an et par personne en Europe. Un coût qui n'est pas à négliger et qui entrave non seulement les économies des États membres, mais aussi et surtout la santé des travailleurs.
 
L'étude, qui porte sur les neuf dernières années, précise que 28% des travailleurs européens ont été confrontés à des problèmes d'ordre psychologique dus au stress, ce qui a occasionné des conséquences importantes sur leur santé. En Grande-Bretagne, lieu d'une autre étude sur le même sujet, le stress a généré en moyenne chez les salariés 22,6 jours d'absence sur une année, soit un mois complet. Il est effectivement temps de réagir !
 
La campagne de communication que l'Europe veut mettre en place (« Healthy Workplace ») vise à informer les employeurs de l'importance d'un cadre de travail aussi sain que possible pour les travailleurs. L'idée est d'éviter non seulement aux employés les conséquences du stress, mais aussi d'économiser les centaines de milliards d'euros que coûtent chaque année la tension au travail.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook