Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le groupe Fagor au bord de l'explosion





Le 4 Novembre 2013, par

Toutes les filiales du groupe espagnol Fagor s'écroulent. La branche française Fagor-Brandt, est à deux doigts de déposer le bilan. Jeudi, c'était la filiale polonaise, Fagor-Mastercook, qui mettait la clé sous la porte. Ce lundi, le groupe entrevoit un avenir bien sombre…


Le groupe Fagor comptabilise près d'un milliard d'euros de dettes.
Le groupe Fagor comptabilise près d'un milliard d'euros de dettes.
C'est un géant de l'électroménager qui est en passe de s'écrouler. Avec quatre usines en France et 1900 salariés, avec sept millions d'appareils produits chaque année dans le monde, Fagor est pourtant le numéro 1 en France et en Espagne, ainsi que le 5ème groupe électroménager mondial.

Mais les difficultés deviennent de plus en plus grandes. Avec près d'un milliard d'euros de dette (860 millions d'euros), le groupe espagnol n'affiche plus aucun bénéfice depuis cinq ans. Et cela va de mal en pis. La semaine dernière par exemple, sa maison mère, Coopératives Mondragon, lui a refusé un nouvel apport d'argent frais, après avoir déjà injecté dans le groupe 300 millions d'euros.

Et la situation française est un des reflets de cette crise que traverse Fagor. La filiale française, Fagor-Brandt, a accumulé ainsi 142 millions de dettes et de possède plus que 9 millions d'euros de trésorerie. Théoriquement, elle est en défaut de paiement. L'ironie de la situation est telle qu'elle n'a pu honorer un carnet de commandes bien remplis, soit 60 millions d'euros, du fait de ses usines hors-service.

Actuellement, le groupe cherche 170 millions d'euros pour repartir du bon pied, mais n'exclut pas l'idée de déposer le bilan...


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook