Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le groupe français Iliad ne s'emparera pas de Vodafone en Italie





Le 1 Février 2024, par François Lapierre

La tentative de fusion entre Iliad Italia et Vodafone Italia s'est conclue par un refus de la part de Vodafone. Malgré une offre revue à la hausse par Iliad, le projet ambitieux n'a pas abouti, laissant entrevoir des enjeux stratégiques et des tensions sous-jacentes dans le secteur des télécommunications en Italie.


Iliad face à un refus ferme de Vodafone

Le monde des télécommunications en Italie a été le théâtre d'une manoeuvre stratégique majeure initiée par le groupe Iliad. En décembre dernier, une proposition de fusion des filiales italiennes d'Iliad et Vodafone a été mise sur la table. L'objectif d'Iliad, dirigé par Xavier Niel, était de créer « le challenger le plus innovant » dans le secteur télécom italien. Cependant, cette proposition n'a pas trouvé écho auprès de Vodafone, qui a clairement rejeté l'offre, malgré une révision à la hausse de celle-ci par Iliad.

L'offre améliorée d'Iliad incluait un paiement initial en cash de 6,6 milliards d'euros à Vodafone, contre 6,5 milliards précédemment. Cette proposition impliquait également une option d'achat par Iliad de 10% du capital de Vodafone Italia chaque année, ouvrant la voie à un contrôle total à terme. Malgré la présence de Xavier Niel au capital de Vodafone (avec 2,5% des parts depuis septembre 2022), cela n'a pas suffi à influencer la décision de Vodafone.

L'offensive italienne d'Iliad

Suite à ce refus, Iliad « prend acte » et envisage de continuer sa stratégie actuelle en Italie. Depuis son lancement en 2018, Iliad Italia a su s'imposer sur le marché du mobile avec plus de 10,5 millions d'abonnés. Le groupe ambitionne maintenant de renforcer sa position dans l'Internet fixe, secteur où il reste un acteur mineur. La fusion avec Vodafone aurait pu accélérer cette expansion, soulignant l'importance stratégique du deal avorté.

Des sources internes chez Iliad expriment un sentiment d'amertume suite à cet échec, perçu comme une perte de temps orchestrée par Vodafone. Cette situation reflète les tensions entre les acteurs traditionnels et les nouveaux entrants sur le marché des télécoms, un marché où les enjeux d'ego semblent parfois primer sur les intérêts commerciaux.

Vodafone, malgré son refus de fusionner avec Iliad, ne compte pas rester inactif en Italie. Sa filiale, confrontée à une concurrence accrue et une guerre des prix, explore d'autres options de fusion ou de rachat. Récemment, des rumeurs évoquent l'intérêt du groupe suisse Swisscom, via sa filiale Fastweb, pour Vodafone Italia. Toutefois, aucune proposition formelle n'a été présentée à ce jour.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook