Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le manque à gagner du coronavirus pourrait atteindre 2 000 milliards de dollars





Le 9 Mars 2020, par La rédaction

Le coronavirus fait peser une grande menace sur l'économie mondiale. Le rapport d'une agence des Nations unies tire la sonnette d'alarme.


Scénario catastrophe

Le manque à gagner dû à l'épidémie de coronavirus dans le monde va représenter de 1 000 à 2 000 milliards de dollars en 2020, selon la dernière étude de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced). Le scénario « optimiste » de l'agence de l'ONU prévoit un ralentissement de l'économie mondiale inférieur à 2% cette année. Mais dans le pire des cas, la croissance mondiale ne sera que de 0,5%. Une année noire pour l'activité économique, qui aura des répercussions pour de nombreux pays et impacter leurs capacités à se financer. Le Cnuced liste les difficultés provoquées par le COVID-19 : perte de confiance des consommateurs et baisse des investissements, la demande globale en berne, des marchés qui s'affolent comme c'est le cas ces derniers jours…

La valeur des actifs pourrait s'effondrer et l'insolvabilité se généraliser, craint l'agence. Le Cnuced prévoit des lendemains difficiles pour les pays exportateurs de matière première et de pétrole : ces derniers ont d'ailleurs fait exploser leur alliance en fin de semaine dernière, provoquant une chute brutale des prix de l'or noir. Les pays ayant des liens commerciaux étroits avec ces économies souffriront également de la situation.

Récession mondiale

Le Cnuced recommande une réponse internationale coordonnée, car les banques centrales seules ne sont pas en mesure de répondre à la crise. Le G20 doit engager des dépenses budgétaires « agressives » et se lancer dans des investissements publics « importants ». Malheureusement, la plupart des pays sont très endettés et n'ont pas les moyens de mettre sur pied une telle politique. Pour donner un exemple, la dette de la France atteint quasiment 100% de son PIB : les marges de manœuvre sont très limitées.

Pour donner une idée de la crise, le Fonds monétaire international (FMI) a évalué la crise des subprimes en 2008 à 945 milliards de dollars. L'institution de Washington prévoit à l'heure actuelle une croissance mondiale située sous le seuil des 2,5%. En dessous, le monde entrerait en récession.



Tags : coronavirus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"




Les entretiens du JDE

Madelin ou domino ?

L’esprit guerrier des soignants nous sauvera,

Pourrons-nous compter sur les banques ?

#Polanski : l’humiliation de Polanski dessert les femmes !

L’immédiateté et la viralité de l’information ont provoqué des changements radicaux dans nos comportements

Pourquoi l’éco sera pire que le franc CFA.

Alexis Duval, Tereos : « l’avenir de l’industrie sucrière européenne passe par une stratégie internationale »

Nous avons souhaité créer un magazine africain réellement indépendant












Rss
Twitter
Facebook