Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le ministre de l'Économie plébiscité, moins sa politique économique





Le 8 Décembre 2014, par

Les Français aiment les paradoxes. D'un côté, ils plébiscitent le ministre de l'Économie et sa ligne politique sociale-libérale, de l'autre ils vouent aux gémonies la politique économique du gouvernement.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Un sondage Odoxa pour Les Echos et Radio Classique illustre parfaitement cet apparent paradoxe. Les Français soutiennent ainsi majoritairement le projet de loi sur l'activité d'Emmanuel Macron, qui sera présenté en Conseil des ministres ce mercredi. Un moment important pour la seconde partie du quinquennat de François Hollande, qui a pour objectif de « déverrouiller » les énergies.

58% des Français se disent favorables au texte, qu'ils voteraient s'ils étaient députés. Et ce, quelle que soit l'étiquette politique (les sympathisants de gauche la voteraient à 55%, contre 61% pour ceux de droite). Emmanuel Macron, le fer de lance de ce projet de loi, peut compter sur son appui dans l'opinion puisqu'il recueille une bonne cote de popularité : 62% des Français pensent ainsi qu'il est un bon ministre de l'Économie. Un résultat en hausse de 6 points sur les six dernières semaines… Peu de ministres du gouvernement peuvent en dire autant.

En revanche, pour 86% des interrogés, la politique qu'il mène et celle du gouvernement est jugée mauvaise; seuls 14% la trouvent « bonne ». Du jamais vu à mi parcours d'un quinquennat (les politiques de Nicolas Sarkozy et de Jacques Chirac avaient une cote de 60% d'opinion négative). Un résultat qui s'explique par l'absence de résultats tangibles sur les politiques menées jusqu'ici.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook