Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le nouveau dispositif d'aide coûtera 1,6 milliard d'euros par mois





Le 26 Novembre 2020, par La rédaction

Le confinement sera levé le 15 décembre, si les conditions sanitaires le permettent. Mais toutes les entreprises ne pourront pas rouvrir à cette date et l'État va une fois encore activer des aides supplémentaires.


Toutes les entreprises ne rouvriront pas le 15 décembre

Toute l'activité économique ne reviendra pas à la normale dès le 15 décembre. En fait, les bars, restaurants, les salles de sport et les discothèques devront rester fermées jusqu'à la mi-janvier, voire plus encore. Un drame pour ces entreprises et leurs salariés. Pour les aider à surmonter cette difficulté supplémentaire qui s'ajoutent à toutes celles encaissées depuis le premier confinement du printemps, l'État met en place de nouvelles aides, annoncées par Emmanuel Macron mardi 24 novembre. « Nous changeons de dispositif pour pouvoir couvrir non pas les plus petites entreprises, mais couvrir toutes les entreprises, sans exception, qui sont fermées », a expliqué Bruno Le Maire au micro de France Inter.

Le Fonds de solidarité, jusqu'à présent réservé aux entreprises de moins de 50 personnes, s'étend désormais aux entreprises de toute taille. Elles auront le choix de l'aide : « À partir du 1er décembre, vous pourrez être couvert avec une indemnisation de 20% de votre chiffre d'affaires, avec simplement un plafond de 100.000 euros par mois », détaille le ministre de l'Économie. Le montant de l'ancienne aide ne dépassait pas les 10.000 euros par mois. Les entreprises qui le veulent pourront d'ailleurs continuer à percevoir ce montant.

200.000 entreprises pourront en bénéficier

200.000 entreprises devraient bénéficier de ce nouveau dispositif, précise le locataire de Bercy. Un dispositif qui va représenter un coût certain pour les finances publiques : 1,6 milliard d'euros chaque mois, qui s'ajoute aux nombreuses aides et soutiens mis en place par le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire. Le chef de l'État a été clair : les pouvoirs publics soutiendront l'économie « quoi qu'il en coûte ». Quitte à laisser filer les déficits.

Pour ce qui concerne le secteur de l'hôtellerie, qui n'est pas concerné par cette nouvelle mesure, des concertations sont toujours en cours entre le gouvernement et les professionnels. Mais un dispositif similaire pourrait être mis en place le plus rapidement possible. Les hôtels aussi sont particulièrement touchés par la crise économique.



Tags : confinement

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.













Rss
Twitter
Facebook