Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le parfumeur français Nocibé bientôt vendu au groupe Douglas





Le 21 Octobre 2013, par

La célèbre enseigne de parfumerie française Nocibé, actuellement détenue par le fond d'investissement britannique Charterhouse, pourrait être cédé aux allemands des parfumeries Douglas dans le cadre d'une fusion stratégique qui permettrait la création d'un grand groupe dans le domaine de la vente de cosmétiques et de parfums.


cc/wikipedia/logo nocibé
cc/wikipedia/logo nocibé

La vente de Nocibé par Charterhouse était envisagée depuis quelques temps déjà. Le fonds d'investissement britannique n'avait toutefois pas encore donné suite aux diverses offres faites par le fonds d'investissement Avent International, principal actionnaire du groupe allemand de parfumerie Douglas. Mais les discussions seraient entrées, lundi 21 octobre 2013, dans une phase plus poussée et la transaction pourrait être réalisée.
 

Les informations qui ont fuité de ces discussions très privées parleraient d'un accord qui céderait l'enseigne Nocibé au groupe Douglas pour 500 millions d'euros, soit moins des 650 millions d'euros qu'espérait tirer Charterhouse de la parfumerie française.
 

Si cette fusion est réalisée, cela aura un impact conséquent sur le marché de la parfumerie car cela entraînerait la création du deuxième plus grand groupe de distribution de parfumerie de France. Nocibé prendrait donc la seconde place à Marionnaud, qui est actuellement aux prises avec quelques difficultés et peine à se relancer.
 

Nocibé profiterait également de la force de Douglas, leader du secteur en Allemagne avec près de 625 points de vente et un effectif de 4 000 salariés. Le groupe, toutes activités confondues ce qui englobe également des librairies et des bijouteries, a enregistré un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros en 2012. De son côté, Nocibé a enregistré un chiffre d'affaires de près de 650 millions d'euros l'année dernière.
 

Etant donné que cette fusion modifierait les paramètres du marché du secteur par la création d'un nouveau géant de la parfumerie, la transaction reste soumise à la validation des autorités de la concurrence et des conseils d'administration des entreprises concernées.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook