Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le patron d'Airbus pourrait-il partir plus tôt ?





Le 13 Décembre 2017, par

Tom Enders, le président exécutif d'Airbus, est sous pression. Plusieurs enquêtes sur son sujet laissent penser qu'il pourrait quitter son poste à la fin de son second mandat, en avril 2019, et peut-être même plus tôt.


Plusieurs enquêtes judiciaires mettent la pression sur le patron d'Airbus. En Allemagne et en Autriche, deux enquêtes sur la vente d'avions de combat d'Eurofighter en 2003 ont été ouvertes ; à l'époque, Tom Enders dirigeait la branche Défense d'Airbus. Et puis il y a ces enquêtes du Parquet national financier et de son homologue britannique concernant la signature de gros contrats au Kazakhstan sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Des soupçons de corruption planent sur ce dossier.

Tom Enders est donc sous la lumière des projecteurs, tout comme son numéro 2, François Brégier, qui pourrait ne pas briguer de nouveau mandat alors que l'actuel s'achève l'année prochaine. Le patron d'Airbus, lui, pourrait ne pas briguer de troisième mandat en avril 2019 ; c'est ce que laisse entendre Le Figaro alors que le conseil d'administration du groupe se réunit ce jeudi 14 décembre. Il pourrait même partir plus tôt… En avril 2017, pendant l'assemblée générale de l'entreprise, Tom Enders indiquait qu'il pourrait rempiler pour un troisième mandat.

Le ton est moins combattif dans le communiqué que le patron d'Airbus a fait circuler : « La décision sur mon avenir en tant que président exécutif d’Airbus n’est prise ni par la presse française ou le gouvernement français, ni par aucun gouvernement. Elle est prise soit par le conseil d’administration, soit par moi-même et idéalement par un consensus entre le conseil et moi-même ». Il assure vouloir travailler dans le cadre du calendrier actuel, qui court donc jusqu'en avril 2019.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement
















Rss
Twitter
Facebook