Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le patron d’Orange veut trois opérateurs en France





Le 16 Juin 2015, par

En France, le marché de la téléphonie peut-il supporter encore longtemps la présence de quatre opérateurs ? La réponse de Stéphane Richard, le patron d’Orange, est claire : c’est non.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
C’est lors d’un colloque sur les marchés du numérique organisé par l’Idate que le patron d’Orange a répondu aux déclarations d’Emmanuel Macron datées du 22 mai. Le ministre de l’Économie (rappelons que l’État détient 24,9% du capital d’Orange) estimait que la France atteint le « point d’équilibre » avec quatre opérateurs.

Ça n’est pas l’opinion de Stéphane Richard, ni d’ailleurs des autres opérateurs, qui tous estiment qu’un paysage à trois acteurs serait plus bénéfique pour les marges, l’investissement et l’emploi. Depuis janvier 2012 et le lancement de l’offre mobile de Free, le marché a été profondément bousculé : les trois autres opérateurs concurrents ont dû adapter leurs offres, revoir leurs stratégies, réduire leurs prétentions.

La plupart des pays européens voient trois opérateurs batailler pour s’attirer les faveurs des clients, mais il est vrai un secteur à quatre a permis à la France de devenir un des marchés les plus compétitifs au monde. Un peu trop sans doute aux yeux de Stéphane Richard…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : orange

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook