Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le patron d’Orange veut trois opérateurs en France





Le 16 Juin 2015, par

En France, le marché de la téléphonie peut-il supporter encore longtemps la présence de quatre opérateurs ? La réponse de Stéphane Richard, le patron d’Orange, est claire : c’est non.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
C’est lors d’un colloque sur les marchés du numérique organisé par l’Idate que le patron d’Orange a répondu aux déclarations d’Emmanuel Macron datées du 22 mai. Le ministre de l’Économie (rappelons que l’État détient 24,9% du capital d’Orange) estimait que la France atteint le « point d’équilibre » avec quatre opérateurs.

Ça n’est pas l’opinion de Stéphane Richard, ni d’ailleurs des autres opérateurs, qui tous estiment qu’un paysage à trois acteurs serait plus bénéfique pour les marges, l’investissement et l’emploi. Depuis janvier 2012 et le lancement de l’offre mobile de Free, le marché a été profondément bousculé : les trois autres opérateurs concurrents ont dû adapter leurs offres, revoir leurs stratégies, réduire leurs prétentions.

La plupart des pays européens voient trois opérateurs batailler pour s’attirer les faveurs des clients, mais il est vrai un secteur à quatre a permis à la France de devenir un des marchés les plus compétitifs au monde. Un peu trop sans doute aux yeux de Stéphane Richard…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : orange

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook