Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le pessimisme des Français face au marché immobilier





Le 17 Mai 2024, par François Lapierre

Le marché immobilier français connaît des temps difficiles. Une étude récente menée par Artémis courtage et OpinionWay révèle une inquiétude croissante parmi les Français quant à la situation économique du secteur. En effet, plus de 61 % des sondés se déclarent pessimistes, un chiffre en hausse de 6 points par rapport à l'année précédente et de 15 points depuis septembre 2021.


L'illusion de la hausse des prix

Les résultats de l'enquête montrent une nette différence de perception selon les catégories socioprofessionnelles. Les ménages aisés et les propriétaires restent moins pessimistes (51 % et 58 % respectivement) par rapport aux catégories populaires et aux locataires, qui sont 67 % et 66 % à se montrer inquiets. Les jeunes, en particulier les 25-34 ans, sont également plus confiants (48 %) comparés aux plus âgés, notamment les 64 ans et plus, dont 64 % sont pessimistes.

Malgré une baisse réelle des prix de l'immobilier (-2,8 % sur un an selon SeLoger), la majorité des Français continue de croire que les prix augmentent. Cette perception erronée est observée dans toutes les zones géographiques : 57 % des sondés pensent que les prix augmentent encore dans les grandes métropoles, 55 % dans l'agglomération parisienne et 46 % dans les petites et moyennes villes.

La principale barrière à l'accès à la propriété demeure le coût élevé de l'immobilier, suivi par l'insuffisance de l'apport personnel et la baisse du pouvoir d'achat due à l'inflation.

Un accès au financement immobilier toujours difficile

Même si les taux d'intérêt ont commencé à diminuer, la perception négative de l'accès au crédit persiste. Environ 87 % des répondants estiment que les banques sont plus exigeantes pour accorder des crédits, un chiffre en légère baisse par rapport à l'année précédente. De plus, 80 % des sondés trouvent que les délais pour obtenir un prêt se sont allongés et 70 % pensent que les taux d'intérêt continuent d'augmenter.

Cependant, Ludovic Huzieux, cofondateur d'Artémis courtage, nuance cette perception : « Toutes les banques prêtent à nouveau, avec des objectifs ambitieux, et le délai d'obtention d'un prêt est devenu normal, autour de 90 jours en moyenne. » Il souligne également que les taux d'intérêt moyens des crédits ont reculé sous la barre des 4 % depuis avril 2024. 

« La diminution des taux devrait probablement se poursuivre au second semestre », anticipe Ludovic Huzieux, prévoyant une stabilisation autour de 3,5 % pour les excellents dossiers. Pour rétablir la confiance des ménages, Artémis courtage estime qu'une baisse plus marquée des prix immobiliers serait nécessaire, bien que ce processus puisse prendre du temps. 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook