Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le plein emploi s’éloigne





Le 15 Décembre 2023, par La rédaction

Alors que la France fait face à un ralentissement économique significatif, l'Insee prédit une augmentation du taux de chômage à 7,6% d'ici mi-2024. Ce contexte difficile, exacerbé par la réforme controversée des retraites, remet en question les objectifs de plein emploi du président Emmanuel Macron.


Le ralentissement économique pèse sur le marché du travail

La France, déjà affectée par une croissance économique atone, voit désormais son marché du travail souffrir. L'Insee indique que le taux de chômage, qui était en baisse ces dernières années, devrait remonter à 7,5% à la fin de l'année, contre 7,4% au troisième trimestre. Cette légère hausse s'ajoute à une augmentation plus marquée depuis le début de l'année, passant de 7,1% à 7,5%. Cette évolution s'inscrit dans un contexte où la croissance de l'emploi avait, jusqu'à récemment, surpassé celle du PIB, conduisant à une baisse de la productivité en France et en Europe.

Le gouvernement, confronté à cette stagnation, explore les possibilités de libéraliser davantage le marché du travail, dans l'espoir de stimuler la création d'emplois. Toutefois, ces mesures pourraient s'avérer insuffisantes pour inverser la tendance dans une conjoncture économique particulièrement difficile.

Les perspectives du plein emploi s’éloignent

Selon l'Insee, le premier semestre 2024 s'annonce difficile avec un taux de chômage prévu à 7,6%. Malgré la création continue d'emplois, le rythme s'est nettement ralenti par rapport à la période de rebond post-Covid. En 2022, plus de 100.000 emplois étaient créés par trimestre en moyenne, un chiffre qui a chuté à 26.000 au quatrième trimestre de 2023. Les prévisions pour 2024 ne sont guère plus optimistes, avec seulement 23.000 créations d'emplois attendues pour les deux premiers trimestres.

Ce coup de frein s'explique par plusieurs facteurs, dont la fin des aides Covid et le durcissement de la politique monétaire de la BCE depuis juillet 2022. De plus, la réduction progressive des aides à l'apprentissage, un levier précédemment utilisé pour stimuler l'emploi, contribue également à cette tendance.

L'augmentation du chômage est aussi partiellement attribuée à la récente réforme des retraites. Le recul de l'âge de la retraite de 62 à 64 ans a entraîné une hausse de la population active, incorporant de nombreux seniors qui prévoyaient initialement de partir à la retraite. L'Insee souligne que cette réforme, conjuguée à l'inscription des bénéficiaires du RSA dans les fichiers de France Travail dès janvier prochain, pourrait sérieusement compromettre les objectifs de plein emploi du gouvernement.



Tags : emploi

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook