Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le présentéisme coûte 225 milliards d'euros par an aux entreprises





Le 30 Avril 2019, par Paul Malo

Aller au travail quand on est malade est une très mauvaise idée, et en plus fort coûteuse pour les entreprises.


Plus coûteux encore que l'absentéisme

C’est un coût financier jusque-là sous-estimé par les entreprises  : le fait que des salariés viennent au bureau alors qu’ils sont malades. En effet, 62% des Français vont travailler sans être en état de le faire. Peur de perdre leur emploi ? Cela y contribue sans doute. Selon l’association professionnelle britannique de gestion des ressources humaines (CIPD), 83% des salariés reconnaissent avoir fait du présentéisme dans leur entreprise outre-Manche. Une autre étude, américaine cette fois, estime que ces employés « malades » feraient perdre, chaque année, plus de 225 milliards d'euros aux entreprises à travers le monde.

Qui plus est, comme le souligne l'assurance médicale privée anglaise Vitality, le fait de travailler en étant malade est non seulement inutile mais aussi néfaste pour le salarié comme pour son entreprise. Car cette baisse de productivité coûterait au final plus cher aux employeurs que l'absentéisme, surtout en cas de troubles mentaux. Selon cette étude de l’assureur britannique, le phénomène va crescendo : 40 % des salariés reconnaissent que leur travail a déjà été affecté par des problèmes de santé, soit trois fois plus qu'il y a cinq ans.

 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook