Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le projet de réforme des retraites… Une erreur de plus qui peut coûter cher





Le 3 Mars 2023, par Eric Wuithier

Un revenu universel sans le moindre impôt supplémentaire, c'est possible. Auteur de "Débats pour le revenu universel" Eric Wuithier, expert des questions de rémunération et de couvertures sociales, nous montre comment lutter contre la précarité tout en augmentant notre performance financière.


La réforme actuelle des retraites n’est que le nième épisode d’une réforme progressive de notre protection sociale.

Après l’assurance chômage, ce ne sera pas le dernier.
 
Le prochain point de friction concerne la Sécurité Sociale toujours endettée, qui ne peut proposer plus de 26,50 euros aux médecins généralistes pour rétribuer leur  consultation, ce qui est une aumône d’autant plus détestable qu’elle doit s’assortir d’une demande de plus de productivité de leur part, alors que nous manquons de médecins généralistes ! 
 
Sa situation financière mauvaise amène les pouvoirs publics à négocier un prix des médicaments bien plus faible que dans d’autres pays, ce qui amène les laboratoires pharmaceutiques à préférer livrer leurs médicaments dans des pays plus favorables voire à délocaliser leur production.
 
Ne nous étonnons pas alors du manque de stock dans les pharmacies.  

Toutes ces mesures sont dictées par un impérieux besoin d’argent pour traiter les mégadéfis qui nous menacent et stopper la croissance de notre endettement.

S’attaquer au réchauffement climatique, réorganiser notre système de santé, renforcer notre dissuasion militaire, rééquilibrer notre mix énergétique nécessite de mettre sur la table plus d’une centaine de milliards d’euros chaque année.

Le problème avec cela est que tous les gouvernements traitent les problèmes les uns après les autres.

 Nous assistons à un « remake » de l’histoire des Horaces et  des Curiaces.
 
La conséquence de cette manière de faire se traduit par la montée progressive d’un mécontentement, qui maintenant atteint le stade de la colère et de la violence, fragilisant notre pays dans un contexte international  bien difficile.
 
Bref, une histoire sans fin qui risque de propulser le Rassemblement National pour gouverner le pays, ce parti jouant habilement la respectabilité à l’Assemblée Nationale, alors que la Nupes ne se crédibilise pas en vociférant, invectivant à tout vent. 
 
Est-ce vraiment cela que nous voulons ?   

Deux paradoxes doivent être ajoutés à cela :

  • D’une part le fait que nous sommes les champions du monde pour notre système global d’aides et de protection sociale et que, dans le même temps, il y a des étudiants qui doivent se nourrir aux Restos du Cœur, des veuves ou des foyers en grande pauvreté, etc.
 
Si l’on additionne l’ensemble des coûts de notre système d’aide et de protection sociale, cela reviendrait pourtant à verser l’équivalent du SMIC à tous les Français majeurs.
 
Il y a donc quelque chose qui ne va pas dans le système !
   
  • D’autre part que ce système hyperprotecteur ne rend pas les gens plus heureux pour autant.
 
Nous sommes au titre de 2022 le vingtième pays, sur les 38 que compte l’OCDE, où il fait bon vivre, ce qui montre que d’autres facteurs interviennent pour annihiler l’effet de notre système social. 
 
Et encore ce dernier classement est le meilleur depuis que l’étude existe ! 

Un autre effet doit aussi être pris en compte

C’est le recul durable et inquiétant de l’engagement des salariés vis-à-vis de leur entreprise. Cet effet est prouvé par de nombreuses enquêtes d’opinion internes aux entreprises.
 
Une seconde expression de cet effet est le développement des abandons de postes ainsi que des départs sous forme de ruptures conventionnelles.
 
Ces effets sont dus à deux causes principales :
 
– La première de gauche fut la mise en place des 35 heures qui a impliqué de la part des entreprises une augmentation de leurs objectifs, pour gommer l’impact négatif de la réduction de 11 % du temps de travail et le maintien des salaires.
 
La pression sur l’obtention de résultats à court terme, l’insuffisance de formation du management, la disparition des « valeurs de l’entreprise », tout ceci a conduit à des burn-out, à un mauvais climat dans l’entreprise et à une désaffection au travail,  
 
– La seconde de droite fut exprimée par la loi Fillon réduisant les cotisations patronales, qui a eu pour effet de bloquer l’ascenseur social, car les augmentations de salaire des non-cadres se traduisent aussi par une augmentation des cotisations sociales.
 
Bref deux mesures louables dans les attendus qui les ont justifiées pour leur mise en place, mais qui, en fait, se sont traduites par des effets plus que négatifs.
 
Alors, ne nous étonnons pas d’entendre les salariés refuser de travailler deux ans de plus.

Pour conclure, nous sommes arrivés au bout du système socioéconomique et financier que nous avons construit depuis la Seconde Guerre mondiale.

Il faut avoir le courage de le reconnaître, car les conditions économiques, les états d’esprit, la technologie sont aujourd’hui fondamentalement différents.
 

Il faut passer à autre chose, et c’est ce que je propose dans mes deux livres sur le Revenu Universel.

Dans ceux-ci, je me suis attaché à apporter une réponse valable aux enjeux auxquels nous sommes confrontés en prônant 
 
– Plus de justice sociale
– Des revenus plus sécurisés ainsi qu’une amélioration substantielle du pouvoir d’achat
– Une meilleure compétitivité des entreprises
– Un retour à des marges de manœuvre  financières significatives pour l’État et ses  
  institutions. 
– Une simplification considérable de tout notre système d’aides et de protection sociale
– Et plein d’autres avantages ....
 
Sans le moindre impôt supplémentaire ou augmenté.
 
Ce n’est pas une utopie, ni de la magie… 
 
C’est tout simplement une autre manière plus créative de voir les choses, à laquelle personne n’a pensé jusqu’à présent.
 



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook