Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le revenu d’engagement pour les jeunes réservé à ceux qui en ont le plus besoin





Le 6 Octobre 2021, par Paul Laurent

Les 500.000 jeunes dans les situations les plus précaires en France seront les seuls bénéficiaires du revenu d’engagement pour les jeunes promis par Emmanuel Macron lors de son allocution du 12 juillet 2021.


Tumisu / Pixabay
Tumisu / Pixabay

Une reprise de l’emploi très forte

D’après Les Échos, en raison de soucis budgétaires mais également d’une reprise de l’emploi plus forte que prévue, le revenu d’engagement pour les jeunes ne sera réservé qu’aux jeunes en situation précaire. A l’origine, les jeunes travailleurs précaires de moins de 26 ans, voire les étudiants pouvaient être éligibles à ce revenu d’engagement, c’est-à-dire plus d’un million de jeunes. Confiant sur la reprise économique, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, est d’avis de ne pas verser une allocation à tout le monde alors que beaucoup d’emplois ne sont pas pourvus en France. 

Allant jusqu’à 500 euros mensuel, le revenu d’engagement a été créé pour permettre aux jeunes de s’engager dans un parcours menant à l’autonomie professionnelle. « Un accompagnement exigeant, pour un contrat donnant-donnant, un vrai contrat d’engagement. Il ne s’agira pas d’un RSA jeune, mais d’encourager, de valoriser l’insertion professionnelle et l’activité », a expliqué Jean Castex le 8 septembre 2021. Les bénéficiaires de ce revenu d’engagement recevront un accompagnement exigeant avec des sanctions si celui-ci ne joue pas le jeu.

Se reposer sur ce qui existe déjà

À l’origine, le revenu d’engagement pour les jeunes devait être un dispositif neuf. Finalement, au lieu de bâtir un nouveau système, le gouvernement semble, selon Les Echos, vouloir se baser sur la Garantie jeunes opérée par les Missions locales et l'Accompagnement intensif des jeunes (AIJ) conduit par Pôle emploi, deux systèmes déjà existants. Ainsi les Missions locales et Pôle emploi devront gonfler leurs effectifs afin de pouvoir augmenter le taux d’encadrement permettant à plus de jeunes de bénéficier de ces aides supplémentaires.

L’AIJ est actuellement plafonnée à 1.500 euros. Ce plafond devrait tomber dans la mise en place de ce dispositif qui permettrait ainsi au jeune de toucher chaque mois des allocations. Attention, s’il n’y a pas d’engagement de la part du jeune bénéficiaire, le soutien financier sera suspendu.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook