Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le salaire demeure la principale motivation pour travailler





Le 29 Mai 2018, par

Comment justifier d'aller au travail chaque matin, cinq jours sur sept ? La raison principale est la plus simple : c'est le salaire, qui demeure la principale motivation en France.


Si les salariés français se rendent au travail, c'est donc pour une raison très simple : la feuille de paie. C'est le cas pour 50% des personnes interrogées dans la nouvelle étude Workforce View in Europe réalisée par ADP, qui porte sur un panel de 10 000 personnes partout sur le vieux continent. La France fait partie des pays qui placent le salaire comme principale motivation pour travailler, à l'instar de l'Espagne et de la Pologne qui affichent tous deux 58%. En moyenne, 47% des sondés placent la rémunération comme raison majeure, un chiffre qui n'a pas changé depuis 2016 et la précédente étude sur le sujet.

En Suisse en revanche, les salariés ne sont que 35% à placer la rémunération à la première place pour ce qui concerne la motivation. L'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est tout proche à 32%. Il faut dire que les actifs suisses bénéficient de salaires plus confortables qu'ailleurs en Europe. Sur le continent, la moyenne est de 22% pour l'équilibre professionnel/privé, suivi par les relations avec les collègues (à 21%).

Ces chiffres ne sont guère étonnants quand on réfléchit bien. Après tout, tout travail mérite salaire… Pour ce qui concerne la France, 56% des hommes estiment que le salaire est le plus important, contre 44% pour les femmes. La deuxième motivation la plus importante est l'équilibre entre la vie professionnelle et personnelle. Les entreprises seront donc bien avisées de soigner non seulement les salaires, mais aussi les à-côtés comme le cadre de travail, les horaires, la reconnaissance…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : salaire


1.Posté par paul le 02/06/2018 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
loin du seul aspect de la rémunération, la satisfaction au travail est fonction de nombreux facteurs sur lesquels la gestion des ressources humaines peut agir : pour améliorer la motivation et la fidélisation des salariés, la multitude d'expérimentations et de pratiques empiriques en entreprise, s'accordent pour conclure que la satisfaction au travail est basée sur toute une série de conditions de travail favorables : http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=464

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook