Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le salaire, pierre d'achoppement pour recruter des développeurs ?





Le 29 Mars 2019, par Paul Malo

Quelles sont les exigences et les attentes des développeurs en recherche d’emploi ? Le point avec le rapport annuel de CodinGame…


Pour 75% des développeurs, le salaire reste un critère clé

La start-up montpelliéraine CodinGame publie officiellement son rapport annuel sur le métier de développeur après avoir interrogé 9 000 passionnés du code dans 120 pays différents. Selon ce sondage, dans 69,5% des cas, la première expérience professionnelle des développeurs est liée au code. L’étude démontre également que la majorité de développeurs commence à coder depuis très jeune âge. Les développeurs (75%) comme les spécialistes des ressources humaines s’accordent sur le fait que le salaire reste une question cruciale pour le recrutement dans la tech. Pour les développeurs, le salaire est le premier critère pris en compte pour donner suite ou non à une opportunité d’emploi. Pour les développeurs comptent également des horaires flexibles (66,3%) et des défis techniques (63,6%) comme conditions d’épanouissement professionnel.

Pour expliquer la pénurie de développeurs en France et les départs des jeunes talents à l’étranger, CodinGame avance l’argument des salaires. En effet, aux Etats-Unis, le salaire moyen d’un développeur est de 100.000 dollars, en Suisse ce montant s’élève à 95.000 dollars, en Allemagne – 67.000 dollars, aux Pays-Bas –64.000 dollars et au Canada –63.000 dollars. Alors qu’en France le salaire moyen reste autour de 53.000 dollars. Pour les Juniors de 0 à 3 ans d’expérience, le salaire moyen s’établit à en dessous de la barre des 38.000 €. Les développeurs plus expérimentés, entre 4 et 7 ans d’expérience, sont en moyenne rémunérés à hauteur de 42.250 €. Le salaire des développeurs Seniors de dix ans d’expérience et plus dépasse quant à lui les 50.000 €.
 

LinkedIn, voie royale pour postuler

Pour postuler, les développeurs utilisent surtout LinkedIn (89,7%), l’e-mail (67,2%) et le téléphone (56,9%). La moitié d’entre eux préfère d’ailleurs ce dernier moyen de communication, alors que seulement 6,1% des recruteurs contactent les développeurs par téléphone pour proposer des offres d’emploi. Les recruteurs utilisent principalement le courriel (41,4%) et LinkedIn (41,2%). Toujours selon l’étude de CodinGame, les développeurs recherchent un emploi près de leur domicile. Ils voudraient travailler dans leur ville natale (32,6%) ou au moins dans leur région (18,3%).

Seulement 26% de répondants sont prêts à partir travailler à l’international. Malgré le manque d’organisation et de communication interne que les développeurs pointent le plus souvent dans les sociétés où ils travaillent, les défis majeurs pour eux restent les problèmes inattendus (30,9%), la direction pas assez claire (24%) et les deadlines impossibles à respecter (12,8%). Cette enquête de CodinGame démontre que le salaire n’est pas la seule condition pour les développeurs qui les fait rester au sein d’une entreprise. L’ambiance, la communication interne et les valeurs de la société jouent aussi un rôle très important.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook